Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Henri Dutilleux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Henri Dutilleux   Dim 18 Mai - 0:27

Henri Dutilleux


Né à Angers en 1916, il a suivi une formation classique (piano, théorie d'harmonie et contrepoint) au Conservatoire de Douai puis auprès de Henri Busser au Conservatoire de Paris.
Il remporte en 1938 le Premier Prix de Rome avec la cantate l'Anneau du Roi. Avant de partir pour la guerre en 1939, il approfondit intensément la musique de d'Indy, de Stravinski et de Roussel. En 1942, Dutilleux assume pour quelques mois les fonctions de chef de chœur de l'Opéra de Paris. En 1944, il est au service de la Radiodiffusion française. Il quitte ce travail en 1963 pour pouvoir se consacrer entièrement à la composition. En 1961, il est appelé par Alfred Cortot comme professeur de composition à l'École Normale de Musique de Paris puis, à partir de 1970, il est professeur associé au Conservatoire. Grand Prix national de la Musique en 1967, il devient en janvier 2004 la Grand-croix de la Légion d'honneur.
Henri Dutilleux a reçu le Prix Ernst von Siemens le 29 janvier 2005 a récompensé selon le jury « un des grands artistes de la musique française contemporaine » dont la production « organique » se distingue par sa « clarté poétique ». Henri Dutilleux est le troisième compositeur français après Olivier Messiaen et Pierre Boulez à recevoir ce prix attribué la première fois en 1974 à Benjamin Britten.

Œuvres principales
Sonate pour piano (1947) créée par son épouse Geneviève Joy
Symphonie n° 1 (1951)
Le Loup (1953), ballet écrit pour la compagnie Roland Petit
Chansons de bord (1954), ensemble de dix chansons harmonisées pour chœur d'enfants à trois voix
Symphonie n° 2 « Le Double » (1959)
Métaboles (1965) cinq pièces pour orchestre
Tout un monde lointain… (1970) pour violoncelle et orchestre, inspiré par des poèmes de Charles Baudelaire
Trois strophes sur le nom de Sacher (1976) pour violoncelle seul
Ainsi la Nuit (1977) pour quatuor à cordes
Timbres, espace, mouvement ou La Nuit Étoilée (1978) pour orchestre, inspiré du tableau éponyme de Vincent van Gogh
L’Arbre des Songes (1985) pour violon et orchestre
Mystère de l’Instant (1989) pour cymbalum, orchestre de 24 ou 48 cordes et percussions
Les Citations (1991) pour hautbois, clavecin, contrebasse et percussions
The Shadows of Time (1997) pour orchestre et voix d'enfants
Sur le même accord (2002), nocturne pour violon et orchestre
Correspondances (2003) pour voix et orchestre, cycle de cinq mélodies
Le Temps l'horloge (2007) pour voix et orchestre
D'après Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Dim 18 Mai - 0:28

Une grande partie de ses œuvres a été rassemblée en coffret (Erato 1996)


J’aimé particulièrement Tout un monde lointain…, enregistré par Truls Mørk (Virgin 2002)

par Msistlav Rostropovitch son dédicataire (EMI, rééd. 2002)

et récemment par Marc Coppey (Æon, 2008)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ansoforever

avatar

Nombre de messages : 369
Age : 33
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Dim 18 Mai - 0:34

Tu aimes Dutilleux Jean-Michel?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 34
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Dim 18 Mai - 1:08

il a l'air lol

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Dim 18 Mai - 1:10

Je suis surtout sensible à ses concertos, L'Arbre des Songes ou Tout un monde lointain, ou au Shadow of Time. Comme souvent, les formes symphoniques me parlent moins. J'ai cependant l'intention de commenter un peu Tout un monde lointain dont la version de Coppey me semble très différente des autres, a priori plus lisible. Et je serai incité à réécouter ses symphonies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Dutilleux: intermède théorique   Dim 18 Mai - 1:44

Extraits de « Parcours de l'œuvre de Henri Dutilleux » par Jacques Amblard
Le texte complet se trouve sur le site de l’Ircam à
http://brahms.ircam.fr/index.php?id=19173


Le succès de Dutilleux est d’un célèbre symphoniste. Chaque « symphonie », œuvre monde atonale, est longue à écrire en ce qu’elle relève chaque fois un défi : se montrer immédiatement « classique » et pourtant atonale, éviter toute table rase tout en se dressant à la pointe de l’avant-garde. Si Dutilleux n’a écrit que deux « Symphonies » proprement dites, il aurait pu appeler ainsi les œuvres qui les suivirent, dont chaque mouvement avait parfois un sous-titre devenu une œuvre à part entière.
Si Dutilleux est l’un des modernes français qui ne sembla « briser avec aucune tradition », c’est d’abord qu’il est, plus encore que Messiaen, le continuateur de l’esthétique impressionniste, et plus précisément l’héritier de Debussy. Or, celui-ci, au départ, se distingua pour avoir, plutôt que brisé la tonalité, englouti ou fragmenté cette dernière. Dutilleux semble poursuivre cette métamorphose continue de la tonalité. Les « thèmes », à partir de Métaboles, semblent exister encore bel et bien, mais en réalité se réduisent à des motifs en devenir perpétuel et qui ne se fixent jamais sur la moindre identité claire. La tonalité s’est peu à peu simplifiée jusqu’à sa plus simple expression au sein d’un monde devenu « peu à peu » et comme « de lui-même » atonal : on pourrait l’appeler polarité. Ainsi on ressent nettement que do dièse est pôle de Shadows of time ou mi de Métaboles, pièces semblant – malgré tout – atonales. On pourrait dire que si Britten est un atonal (ou un polytonal) semblant tonal, Dutilleux est à l’inverse un tonal (ou polaire) paraissant atonal. Comme chez Debussy, ou plus tard les spectraux, les sonorités sont souvent cherchées profondes, diaphanes, mystérieuses. Les titres ou sous-titres des œuvres ou mouvements évoquent souvent les thèmes de la nuit (dont plusieurs « nocturnes » proprement dits), du mystère, du rêve, du lointain.
L’atonalité même, bien qu’elle ne soit qu’une apparence – elle est d’ailleurs déjà rendue acceptable aux oreilles du public le plus large par la polarité souvent survivante –, semble ici d’autant plus raisonnable, peut-être, que sa hardiesse est compensée par des « valeurs traditionnelles » : la tradition sonore impressionniste, certes, mais aussi les inspirations littéraires ou picturales sous-jacentes du musicien, assez peu avant-gardistes et parfois populaires (bien que « raffinées »). Ce n’est pas Klein ou Klee qui donnent l’idée de Timbre, espace, mouvement à Dutilleux mais la très célèbre Nuit étoilée de Van Gogh. Quant aux inspirations littéraires, elles semblent souvent d’autant plus classiques que « tout simplement » françaises. Dutilleux, pour sa conception touffue et réminiscente du temps, se réclame de Proust. C’est à Baudelaire qu’il pense en écrivant Tout un monde lointain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Lun 19 Mai - 10:20

Déjà un "classique" incontournable du 20ème siècle (et ce de son vivant), j'ai écouté l'intégrale de son oeuvre pour orchestre (+ une bonne partie de sa musique de chambre) et j'ai vraiment un faible pour sa 1ère symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Lun 19 Mai - 11:43

Jean-Michel a écrit:
On pourrait dire que si Britten est un atonal (ou un polytonal) semblant tonal, Dutilleux est à l’inverse un tonal (ou polaire) paraissant atonal.
tiens c'est pas mal vu ça ! c'est vrai que Britten est très souvent polytonal et plus touffu et tordu qu'il n'y parait malgré ses formes ultra-classiques ou néo-baroques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Lun 19 Mai - 23:41

kfigaro a écrit:
j'ai vraiment un faible pour sa 1ère symphonie.
C'est justement la musique qui passait quand je lisais ces mots ! Il a fallu un certain temps pour que ses pièces orchestrales me disent quelque chose. Il faudra que je parle de ces œuvres qui peu à peu prennent du relief et que j’ai appris à apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Lun 19 Mai - 23:55

C'est typiquement une musique qu'on apprécie pas immédiatement (contrairement à Wagner ou certains musiciens allemands), et qui nécessite plusieurs écoutes pour réellement l'aimer ! Wink Szymanowski est aussi dans ce cas de figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 0:03

Il me semble que tu aimes particulièrement cela ! La musique pour piano de Ravel ne me semble pas particulièrement immédiate non plus, ni celle de Debussy - je crois savoir qu'ils font partie de ta liste de compositeurs préférés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 0:14

kfigaro a écrit:
C'est typiquement une musique qu'on apprécie pas immédiatement (contrairement à Wagner ou certains musiciens allemands), et qui nécessite plusieurs écoutes pour réellement l'aimer ! Wink Szymanowski est aussi dans ce cas de figure.

J'en connais plus d'un qui n'aime pas Wagner et d'autres qui ont du s'y mettre doucement et progressivement pour l'appécier Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 0:34

Oui, mais il s'agit par exemple chez Dutilleux de ce qu'on pourrait appeler des demi-teintes, rien de saillant ou d'impressionnant. Il ne faut pas s'attendre à être emporté par des sons, cette musique ne parle pas toute seule, il lui faut de l'écoute pour se révéler. Si j'ose aller plus loin : Wagner, je dois y résister (et j'y résiste peut-être un peu trop !), Dutilleux, je dois aller vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 10:58

Jean a écrit:
J'en connais plus d'un qui n'aime pas Wagner et d'autres qui ont du s'y mettre doucement et progressivement pour l'appécier Wink
bien sur, mais là je parlais du mélomane moyen, celui qui n'a pas de peine avec Bizet ou Beethoven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 34
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 10:59

l'oeuvre idéale pour debuter dans Dutilleux serait ?

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 11:13

Jean-Michel a écrit:
Il me semble que tu aimes particulièrement cela ! La musique pour piano de Ravel ne me semble pas particulièrement immédiate non plus, ni celle de Debussy - je crois savoir qu'ils font partie de ta liste de compositeurs préférés.
Tout à fait, mais ça n'a pas été immédiat du tout. Je connais Debussy depuis que j'ai 14 ou 15 ans mais je ne suis pas tombé amoureux fou de cette musique comme ça (que j'écoutais de façon moins profonde sans réellement la pénétrer), en fait c'est par l'intermédiaire de la musique de film (qui s'inspire souvent de Debussy) que j'ai réellement saisi où Debussy voulait en venir et ça a été une illumination tellement l'essence même de l'art de Debussy entre totalement en résonance avec mon propre monde (son attirance pour le fantastique angoissé de Poe ou Lovecraft du moins si le musicien l'avait connu, l'attirance pour l'Orient, l'antiquité fantasmée et désincarnée, et surtout une mélancolie inconsolable mais qui échappe totalement au pathos romantique qui ne me touche guère...).

Pour Ravel, j'apprécie surtout sa période debussyste et archi impressionniste de ses débuts (Jeux d'eau, Shéherazade, Gaspard de la nuit), j'accroche un peu moins à certains oeuvres plus tardives (comme "La valse" par exemple).

Je précise aussi que je n'ai pas adoré Messiaen immédiatement non plus (bien que tout comme Debussy, il m'a toujours attiré), il a fallu l'illumination d'un concert nocturne en plein air pour que je perçoive réellement l'essence profondément modale et mystique de sa musique (qui va toucher un autre aspect de ma personnalité : plus religieux et plus "enfoui" je dirais, d'ailleurs Lili Boulanger et Fauré me touchent aussi de la même façon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mar 20 Mai - 15:43

kfigaro a écrit:
Debussy (…) que j'écoutais de façon moins profonde sans réellement la pénétrer
C’est une impression que j’ai assez souvent (je l’ai déjà dit à propos de Szymanowski, mais cela vaut pour bien d’autres) : passer à côté de quelque chose, juste assez à côté pour se rendre compte que ça échappe. Et même joué par des interprètes de prédilection (par exemple Tharaud pour Ravel qui m’échappe souvent, sauf le Gaspard).
kfigaro a écrit:
une illumination tellement l'essence même de l'art de Debussy entre totalement en résonance avec mon propre monde
Il faut en effet qu’à un moment il se passe quelque chose, la résonance est une belle image. Cela m’est arrivé il y a peu (et de façon assez forte) avec les Préludes de Chopin qui me semblaient jusqu’à présent plus ou moins jolis.
kfigaro a écrit:
échappe totalement au pathos romantique qui ne me touche guère...
Là, c’est en grande partie ce qui m’arrive aussi. J’y entends trop la recherche de l’effet, par exemple des masses sonores qui s’opposent brusquement à un pianissimo. C’est ce qui m’a encore une fois frappé dans le concerto pour violon de Beethoven : à peine je suis le violon que l’orchestre massif vient brouiller tout ce que je pouvais entendre dans l’instrument seul. C’est ce genre d’effet qui me gêne dans Kancheli où il devient presque une recette.
Je suis attiré par Fauré depuis que j’ai entendu sa célèbre Bonne chanson dans une interprétation très intimiste par Jan van der Crabbe et Inge Spinette chez Fuga Libera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mer 21 Mai - 1:37

Voilà un échange où je sens quelque chose passer. Dans une atmosphère « petit banc au fond du jardin », l'heure du thé à l'ombre sous le sureau entre des pervenches et des fougères, ce que les Allemands dénommeraient la Gemütlichkeit, une sorte d’intimité à ciel ouvert.
Je me rends compte que je connais fort peu Debussy, tes quelques mots m'incitent à aller l'écouter ces jours-ci d'une oreille peut-être plus ouverte et plus propice.
Si la communication, fût-elle à distance, peut servir à quelque chose, c'est bien à cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro



Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Mer 21 Mai - 10:20

Jean-Michel a écrit:
Je me rends compte que je connais fort peu Debussy, tes quelques mots m'incitent à aller l'écouter ces jours-ci d'une oreille peut-être plus ouverte et plus propice.
vraiment ? vu tes connaissances incroyablement érudites sur le reste, ça m'étonne un peu ! que connais-tu de lui grosso modo : oeuvres pour orchestre, piano, oeuvres concertantes, vocales... ?

Jean-Michel a écrit:
Si la communication, fût-elle à distance, peut servir à quelque chose, c'est bien à cela...
Pour moi un forum sert avant tout à ça ! Wink faire découvrir, titiller la curiosité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Jeu 22 Mai - 1:01

kfigaro a écrit:
Pour moi un forum sert avant tout à ça ! faire découvrir, titiller la curiosité...
Oui ! D'une part je suis obligé d'être un peu plus précis quand j'écris : mettre des mots sur les choses m'a toujours beaucoup apporté. D'autre part une réflexion que je lis m'incite à considérer autrement les choses ou tout simplement à rappeler une musique à mon bon souvenir. Il se passe un peu la même chose quand on fait confiance dans les choix d'un interprète : aurais-je prêté une oreille aussi attentive à Ravel si ce 'était pas Alexandre Tharaud qui jouait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Jeu 8 Oct - 23:07

Il y a une époque où j’écoutais de temps en temps Henri Dutilleux. Je l’écoute maintenant de plus en plus souvent. On peut sans doute venir à Dutilleux par Debussy dont on peut dire qu’il est d’une certaine manière le prolongement. Ou comme moi par la musique spectrale qui en est un prolongement possible. Dutilleux hésite souvent entre deux tonalités, il crée dans son œuvre un mystère, une nuit que tant de titres suggèrent : le Mystère de l’instant, la Nuit étoilée, Shadows of time, Ainsi la nuit.
En écoutant tout à l’heure deux œuvres pour orchestre, Métaboles et la Symphonie n° 2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Dim 1 Nov - 0:57

Je viens d’écouter la symphonie n° 1 par Hans Graf et celle par Daniel Barenboim (dans le coffret).
Je dois dire que Barenboim rend immédiatement une atmosphère où je « reconnais » Dutilleux. C’est beaucoup moins net chez Hans Graf bien prosaïque.
__
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 6420
Age : 59
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   Ven 20 Aoû - 23:23

D'Ombre Et De Silence - Robert Levin et Ya-Fei Chuang au piano (ECM 2009)
Pour une fois, les œuvres au piano me semblent moins immédiates que celles pour orchestre. Une bonne partie est enregistrée sur le coffret Dutilleux par Geneviève Joy. Et Dutilleux a cette résonance de l’infini qui |est l’essence même de la musique...
Photo de couverture : Jean-Marc Dellac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri Dutilleux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Dutilleux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Dutilleux (1916-2013)
» Henri Dutilleux (1916-2013)
» Henri Dutilleux
» Dutilleux-Oeuvres orchestrales
» Renaud GAGNEUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Musique contemporaine-
Sauter vers: