Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alexander Alyabiev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Sep - 23:01



voici ce qu'en ecrit Fuga Libera :

Alexander Alexandrovich Alyabiev (1787-1851) est sans conteste le plus grand musicien russe de sa génération (celle d’avant Glinka). Comment dès lors se fait-il qu’il ne soit pas mieux connu ? C’est qu’on a affaire à un personnage de roman : officier de l’armée russe, il est à Paris en 1812, associé au mouvement de Décembre et injustement convaincu de crime dans les années 20, déporté en Sibérie dans les années trente (il y organisera une rencontre entre musique caucasienne et musique « blanche » quelques bonnes décennies avant Borodine), retour en 1843 seulement à Moscou, en mauvaise santé. C’est en prison qu’il écrivit sa célébrissime romance Le Rossignol que devaient populariser des variations de Glinka, de Liszt et de Vieuxtemps. Mais ce rossignol-là cache un sérieux patrimoine : cinq opéras, 23 vaudevilles, de la musique symphonique, de chambre (le quatuor Beethoven enregistra, jadis, ses très beaux quatuors) et de piano. Alors, par où commencer ? Par ce beau programme symphonique, confié au meilleur orchestre de chambre russe d’aujourd’hui et à son directeur musical, le superbe violoncelliste Alexander Rudin. On découvre un compositeur proche du premier Schubert, personnel et inventif, qui mérite mille fois mieux que son sort actuel !

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Sep - 23:03

Compositeur inquiété et interdit dès son vivant, frappé d'une interdiction impériale assez abusive, Alyabiev ressuscite enfin dans tout l'éclat de son talent... une écriture séduisante mais efficace,estimée de Glinka, Liszt, et surtout Tchaïkovski



Le vaudeville Tri Desyatki pétille comme du champagne rossinien. Les cors solistes de la Symphonie en un mouvement n°3 se délectent à cultiver des couleurs weberiennes (on songe aux climats sombres et nobles de la forêt majestueuse), l'ouverture pour le drame Otstupnik (le Renégat) ou le siège de Corinthe, et son prélude pour violoncelle solo (qui cite encore le grand opéra, façon Rossini, son Guillaume Tell, avant que ne jaillisse une nouvelle mélodie à la clarinette) indique clairement la culture éclectique d'un compositeur qui non seulement sait son métier mais aussi démontre une réelle sensibilité dramatique. Un tempérament scénique qui se dévoile encore dans le tableau symphonique de la Tempête (plage 6). L'ouverture du vaudeville Le Tambour enchanté (1827) souligne un don d'orchestration qui sait éviter les poncifs du genre descriptif: la facétie l'emporte sur toute facilité. Sa brillance préfigure même toute l'école russe dont Glinka.

L'éclat et le brio idéalement porté par les instrumentistes de Musica Viva (fondé par Victor Kornatchev en 1978, dirigé depuis 1988 par Alexandre Roudine) dont le titre dit assez l'allant nerveux et bondissant de l'orchestre, s'offre sans maniérisme à l'auditeur. En particulier dans la suite du ballet final (Le Tambour enchanté), dont les ressorts expressifs des quatre scènes choisies, jouées dans le désordre, débouchent finalement sur l'Ouverture qui pourrait résumer à elle seule, la virtuosité ciselée du compositeur. Ecriture polie et racée, d'une belle santé rythmique, parfaitement rossinienne, facétieuse et brillante dont le fini instrumental sait écarter tout décoratif creux et redondant.

En plus d'un ensemble méconnu en Europe (qui fête pourtant en 2008 ses déjà 30 ans de service!), phalange incontournable des orchestres de chambre russe, le disque au programme cohérent, offre un excellent aperçu de la musique élaborée par le jeune baron Alyabiev, lequel fut outre ses dons de musiciens inspiré, un soldat plus qu'actif, entre 1812 et 1815. Le jeune lieutenant, officier de cavalerie, qui incarne le succès de l'armée russe contre le felon napoléonien, séjourna même à Paris en 1814. Or le Tsar Nicolas Ier se montra bien ingrat face au guerrier courageux: Alyabiev à la suite d'un procès truqué, résolvant en apparence une affaire scandaleuse impliquant la moralité du jeune homme, fut radié de la noblesse et condamné à l'exil.


Sa vie est celle d'un roman! Comme doué d'une double personnalité, compositeur incontestablement inspiré malgré les affres de sa vie personnelle et l'injustice dont il fut victime, Alyabiev compose la mélodie Le Rossignol qui donne le prétexte de la belle couverture de l'album. De 1828 à 1843, le compositeur erra de villes en villes... écrivant vaudevilles (23), opéras (5), quatuors, mélodies innombrables... en Sibérie et dans le Caucase, séjournant incognito à Moscou où il donna Le Renégat ou le siège de Corinthe, sur un sujet également traité par Rossini... Alyabiev fut finalement gracié en 1842 mais invité à demeurer dans la ville de Kolomna, ses séjours à Moscou étant surveillés. Compositeur inquiété et interdit dès son vivant, frappé d'une interdiction impériale assez abusive, Alyabiev ressuscite enfin dans tout l'éclat de son talent... une écriture séduisante mais efficace, sans dilution, qui suscita l'admiration de Glinka, Liszt, et surtout Tchaïkovski qui réutilisa l'une de ses mélodies pour Eugène Onéguine (mélodie du duo Tatiana / Olga, "Avez vous entendu?"). Saluons l'heureuse initiative de Fuga Libera: un grand compositeur russe nous est révélé.

Tristan Montségur pour classiquenews

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Sep - 23:04

et bien sur pour Classiqueinfo, Fred Audin

Le label Fuga Libera consacre un disque de musique d’orchestre au compositeur Alexander Alyabiev, auteur du très célèbre Rossignol, repris par toutes les coloratures et popularisé par Glinka, Liszt ou Vieuxtemps. Ce disque est une première mondiale, la discographie d’Alyabiev ne comprenant jusqu’alors qu’un trio et des quatuors, depuis longtemps disparus des rayons des revendeurs de vinyles d’occasion.
Le relatif anonymat dans lequel a sombré la musique d’Alyabiev (en dépit d’une production considérable, 200 mélodies, 7 opéras, une vingtaine d’opérettes et ballets) s’explique par la vindicte du pouvoir impérial russe, qui après l’avoir fait condamner pour un assassinat et diverses escroqueries dont il ne fut blanchi qu’au XXème Siècle, lui interdit toute vie publique, le privant de ses titres et propriétés et le forçant à une errance continuelle, de sa Sibérie d’origine au Caucase, qu’il mit à profit pour recueillir, le premier, quantité de mélodies traditionnelles. Ce déni de justice eut pour effet de transformer le jeune officier, héros des guerres napoléoniennes et déjà compositeur dilettante, en un saltimbanque de génie, première grande figure du théâtre musical russe, salué par le sobriquet de « Rossini russe », sans doute parce qu’il composa sur un livret de son frère, un Siège de Corinthe en même temps que le maître italien. La plage 4 du disque nous en livre l’ouverture, dont l’introduction langoureuse au violoncelle solo, les envolées de violons et les clarinettes malicieuses sont dignes des meilleurs opéras romantiques de ses contemporains.

Dans la même atmosphère, évocatrice de l’Orage du Barbier de Séville ou de la Pastorale de Beethoven, le trop court tableau symphonique de La Tempête pour une adaptation de Shakespeare montre des velléités d’orchestration très originales dans le recours aux cuivres graves ou aux discrets rythmes de cloches. Les trois ouvertures de vaudeville ( Matin et soir ou Le Vent a tourné, qui conserve le pouvoir entêtant d’un véritable « tube » en puissance, La jeune mère et son vieux fiancé de 48 ans avec sa délicieuse partie concertante de cors, et surtout Trois dizaines ou La nouvelle aventure de deux jours qui fait l’ouverture du disque) montrent encore de plus grandes ambitions, une fraîcheur thématique, une invention de timbres toujours renouvelée, un entrain communicatif, le tout dans une parfaite maîtrise de la forme, avec une distinction étonnante, comme en feignant « de ne pas y toucher ».

Le plat de résistance est constituée des extraits du ballet de 1827 Le tambour enchanté ou une suite de La flûte enchantée (trois scènes en forme de danses brèves) dont l’ouverture est placée en dernière position car elle se répétait dans le final de l’œuvre, anticipant d’une quinzaine d’année l’originalité cyclique qu’on prête au Russlan et Ludmilla de Glinka. On peut également entendre sur ce disque deux œuvres de jeunesse, une Symphonie n°3 en un mouvement de 8 minutes pour quatre cors et des Variations sur un chant Ukrainien à la mode dans les années 1810 Le Cosaque sur le Danube, pour violon et orchestre, moins séduisantes quoique non dénuées de charme, qui permettent de mesurer l’évolution musicale du style d’Alyabiev durant les trente années qui séparent les deux périodes opposées de sa vie romanesque.

Ce disque enregistré en septembre 2007 à Moscou est aussi l’occasion de fêter les 30 ans de l’ensemble Musica Viva, créé par le violoniste Viktor Komatchev, et placé depuis 1988 sous la baguette d’Alexander Roudine. Une formation très alerte, comme son nom l’indique, encore trop peu connue, et qui s’attache à révéler des pans négligés du répertoire ancien comme contemporain, avec un brio et une authenticité qui ne peuvent susciter, à l’écoute de ce programme, que les plus grands éloges. Un disque qui ravira les amateurs de musique russe autant que les défenseurs de Weber, Rossini, ou Tchaïkovski, lequel ne dédaigna pas de citer dans Eugène Oneguine une romance d’Alyabiev, afin d’évoquer l’atmosphère des années 1820 : malgré une certaine imprécision quant aux dates de composition des œuvres, le livret (français/anglais/russe) qui accompagne le bel objet qu’est ce disque (digipack illustré du Rossignol de Martinet tiré de l’Histoire naturelle des oiseaux de Buffon) demeure très instructif et la source la plus fiable d’informations sur le compositeur. Seul reproche : l’auditeur curieux reste encore sur sa faim, dans l’attente d’un enregistrement plus complet d’une œuvre vocale intégrale, comme ce Mêle-Tout ou Chaque chose craint son Maître qu’on nous fait miroiter comme le meilleur vaudeville russe et le chef d’œuvre d’Alyabiev.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Sep - 23:06



Injustice de réparée que ce disque que je vais m'empresser d'ecouter ce soir.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Ven 19 Sep - 10:58

Voici un CD qui me fait très envie, moi qui aime particulièrement la musique russe.

Heureusement que Alyabiev a écrit son Rossignol, sinon il serait complètement oublié.

Personnellement, outre le célèbre rossignol, je n'ai entendu de lui que ses quatuors à cordes et son trio, ce qui est peu, d'où l'intérêt de ce disque. Parmi ses oeuvres symphoniques, il a écrit quatre symphonies que j'aimerais bien écouter.

Parmi les russes avant Glinka, outre Alyabiev, n'oublions pas non plus Dimitri Bortnyanski, l'auteur de 36 Concertos sacrés pour choeur, mais aussi d'opéras (Le fils Rival), de musique de chambre et d'une symphonie concertante. Un style mozartien chez un russe, ça fait drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Déc - 0:16

Voici que je l'ai enfin écouté. C'est sans doute la symphonie qui me parle le moins, quoique une symphonie pour quatre cors soit peu courante et que le son du cor me rappelle Reicha. Il y a en tout cas très souvent des motifs animés ou plus élégiaques (plages 11 ou 12) qui sollicitent l'attention.
Et tout ça d'une époque qui souvent me parle fort peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Jeu 18 Déc - 1:06

tiens je l'avais oublié...si en plus il y a du cor!! je vais réparer çà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Mer 7 Jan - 0:17



çà y est j'en ai fait connaissance!...très très belle musique ! et très beau disque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Sam 10 Jan - 20:44

Je me laisserais bien tenter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Dim 11 Jan - 0:31

... ce serait un disque du genre « grand schelem » qui met tout le monde d’accord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Dim 11 Jan - 1:36

Pas sur qu'il soit dans ton créneau...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Dim 11 Jan - 2:00

Je l'aime bien, j'en ai parlé plus haut, même s'il n'a aucune chance de devenir un de mes disques préférés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Dim 11 Jan - 12:06

ah oui excuse mon inattention (ou défaut de mémoire!?) j'avais pourtant lu ta réaction!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexander Alyabiev   Aujourd'hui à 23:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexander Alyabiev
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cor Alexander
» Alexander Kipnis - basse
» [Vidéo] Alexander Pushnoy fait la promo du t-shirt de H&M...
» Alexander Aroutiounian
» Alexander von Zemlinsky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Musique romantique-
Sauter vers: