Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Sam 16 Jan - 18:29

August Joseph Norbert Burgmüller (Düsseldorf, 8 février 1810 - Aix-la-Chapelle, 7 mai 1836) était un compositeur et pianiste allemand très prometteur dont la vie et l’œuvre connurent une fin brutale.


Son père, Johann August Franz, pourvu d’un talent considérablement inférieur au sien, avait fait de la musique sa profession et était parvenu à décrocher la fonction honorable de directeur de musique à Düsseldorf en 1821. Sous sa tutelle, Norbert entama la pratique du piano et du violon. Mais ce même père, de caractère plutôt irresponsable, était bien trop absent pour transmettre son savoir de façon systématique à ses trois enfants ; ainsi, à sa mort, en 1824, Norbert se sentit perdu, en manque flagrant de bagage culturel et de solides bases musicales. Cette triste situation fût de courte durée, car le généreux comte Franz von Nesselrode-Ehreshoven décida de se charger de l’éducation du jeune garçon en tant que mécène, et l’envoya poursuivre ses études à Kassel.

Dans cette ville, Burgmüller suivit, en dehors de son instruction générale, des cours intensifs de composition chez deux professeurs renommés : Moritz Hauptmann et Louis Spohr. De 1826 à 1831, il fit d’étonnants progrès en théorie, continua également l’exercice de ses instruments, fréquenta le milieu artistique et participa régulièrement à des concerts en tant que soliste ou chef d'orchestre/chœur. Lors d’une de ces soirées, en janvier 1830, il exécuta son remarquable Concerto pour piano op. 1.
L’échec de ses fiançailles avec la diva Sophie Roland pour des raisons inconnues, enclencha une dépression violente chez lui durant laquelle l’abus d’alcool et des attaques d’épilepsie se présentaient sous forme de leitmotivs. La réputation d’ivrogne qu’il s’était construite ne plût guère à Spohr, qui abandonna son élève aussitôt. L’inconsolable Burgmüller retourna à Düsseldorf pour y enseigner à son tour, et entreprit la direction d’un petit ensemble instrumental constitué d’amateurs, peut-être avec l’espoir d’attirer l’attention pour obtenir une position importante et permanente dans sa ville natale.
En 1834, Burgmüller rencontra le compositeur Felix Mendelssohn et lui exprima toute son admiration. Cette rencontre fut certainement un moment de bonheur dans sa courte existence. Sans grande prétention, il présenta à Mendelssohn son premier opus. Ce dernier s’étonna du talent prodigieux de son cadet et éprouva dès cet instant un profond respect pour celui-ci. Un sentiment qu’il confirma en jouant son concerto en mai.

Après le départ de Mendelssohn, en 1835, l’écrivain Christian Dietrich Grabbe, avec lequel Burgmüller entretenait des relations amicales, s’inséra dans la vie quotidienne du compositeur. Ils passèrent souvent leurs temps ensemble dans la taverne Zum Drachenfels, où l’idée d’une collaboration pour la réalisation d’un opéra parodiant les conventions du genre naquit. Burgmüller enterra ce projet assez vite, car il était assez lucide pour comprendre qu’aucun établissement n’accepterait la production d’une composition pareille.
Cette même année, il fit la connaissance de Joséphine Collin, la gouvernante des enfants du comte Nesselrode-Ehreshoven ; ce fut le coup de foudre. Burgmüller projetait de s’installer à Paris avec sa bien-aimée. Non seulement, Paris lui donnerait la possibilité de pratiquer la langue activement mais en plus il y retrouverait son frère Friedrich, pédagogue apprécié dans la capitale française, qui l’aiderait à s’introduire dans la haute société. Ce souhait ne se réalisera pas. En mai 1836, il se noya suite à une crise d’épilepsie en prenant les bains à Aix-la-Chapelle.

Dans sa Neue Zeitschrift für Musik, Robert Schumann rendit honneur à Burgmüller en parlant de « la plus grande perte dans le monde musical depuis la mort de Schubert ». A sa mémoire, Mendelssohn écrivit sa Marche funèbre op. 103.

Son œuvre
L’héritage musical que nous a laissé Burgmüller surprend l’auditeur et l’analyste par sa grande qualité et son curieux développement.
Le Concerto pour piano op. 1 anticipe celui de Brahms d’un point de vue technique. L’expansion de l’introduction orchestrale et la manipulation du matériau motivique annoncent le renouveau significatif du sens de la forme et du travail thématique après Beethoven. A cette originalité s’ajoute le choix excentrique de la tonalité de fa dièse mineur, tonalité expressive rarement utilisée pour ce genre instrumental.
Dans ses quatuors à cordes op. 4 et op. 7, il pousse le chromatisme à un degré jusqu’alors inexploré qu’il combine avec une forme plutôt classique pour atteindre une parfaite symbiose. Tandis que les longues phrases mélodiques rappellent le style lyrique de Spohr et l’invention raffinée de Mendelssohn, ces compositions se caractérisent par un sens commun, profondément mélancolique et personnel.
Sa deuxième symphonie, composition inachevée (deux mouvements orchestrés, l’esquisse du scherzo achevée et celle du final s’arrêtant à la mesure 59) qui avait suscité l’enthousiasme de Robert Schumann, témoigne d’une grande maîtrise de l’appareil symphonique qui écarte tout doute que Burgmüller, malgré sa mort prématurée, ne puisse être compté parmi les maîtres du courant romantique. L'orchestration du scherzo fut terminée par Schumann (à partir de la mesure 169). A la demande de la famille de Burgmüller, il tenta de composer un final (dont il reste 121 mesures d'esquisses), mais abandonna le projet.

Liste des compositions

Musique pour orchestre

Symphonie n° 1, en do mineur, op. 2 (1831-33)
Symphonie n° 2, en ré majeur, op. 11 (1834-35, inachevée)
Ouverture, en fa mineur, op. 5 (1825)
4 Entr'actes, op. 17 (1827-28)
Concerto pour piano, en fa dièse mineur, op. 1 (1828-29)

Musique vocale

Dionys', opéra d’après la ballade Die Bürgschaft de Schiller (1832-34, fragment)
23 Lieder opus 3, 6, 10 et 12

Musique de chambre

Quatuor à cordes n° 1, en ré mineur, op. 4 (1825)
Quatuor à cordes n° 2, en ré mineur op. 7 (1825-26)
Quatuor à cordes n° 3, en la bémol majeur, op. 9 (1826)
Quatuor à cordes n° 4, en la mineur, op. 14 (1835)
Duo, pour clarinette et piano, en mi bémol majeur, op.15 (1834)

Musique pour piano

Sonate, en fa mineur, op. 8 (1826)
Valse, en mi bémol majeur (1827)
Polonaise, en fa majeur, op. 16 (1832)
Rhapsodie, en si mineur, op. 13 (1834)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Sam 16 Jan - 18:31


je ne regrette pas mon acquisition: très belle musique!!


Dernière édition par Jean le Lun 25 Jan - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Sam 23 Jan - 1:12

J'ai des sonates pour piano, un duo pour clarinette et piano et un choix de mélodies, un disque que j'aime bien écouter. : Hiroko Maruko et Hartmut Höll au piano, Dieter Klöcker à la clarinette et Mitsuko Shiraï qui chante (MDG 1999)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Sam 23 Jan - 18:36

J'ai écouté presque toute son oeuvre - qui se limite à 17 opus - J'aime en particulier cette deuxième symphonie, qu'il a malheureusement laissée inachevée (il manque le final qui n'est qu'esquissé). Schumann a terminé le troisième mouvement, c'est dire qu'il devait apprécier Burgmüller !
La première symphonie est l'une des rares oeuvres de Burgmüller que je n'ai encore jamais écoutée.

Très intéressants aussi ses quatre quatuors à cordes (op 4, 7, 9 et 14) et le Duo pour clarinette et piano op 15.

Je suis plus réservé sur l'oeuvre pour piano seul (une sonate op 8, une rhapsodie op 13, une polonaise op 16, une valse et une mazurka sans op) et les quatre opus de mélodies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Dim 24 Jan - 0:10

Là, je partage ton avis, le Duo pour clarinette et piano op 15 est une belle œuvre. Les mélodies aussi d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum


Nombre de messages : 12126
Age : 73
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Ven 19 Fév - 0:50

Ces quatuors à cordes font regretter aussi qu'il soit mort si jeune!



il me reste à découvrir le vol I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 6420
Age : 58
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Ven 19 Fév - 0:57

J'ai écouté une deuxième version du Duo pour clarinette et pianoforte par Taillard et Torbianelli : La clarinette romantique (Pan, 2007)
Je ne connais pas ces quatuors bien que leur réputation soit parvenue à mes oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)   Aujourd'hui à 2:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Norbert BURGMULLER (1810 - 1836)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Norbert Burgmüller (1810-1836)
» Norbert Burgmüller
» Robert Schumann (1810-1856)
» Norbert Kox
» John GARTH (1722 1810)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Musique romantique-
Sauter vers: