Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les hymnes nationaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Les hymnes nationaux   Sam 24 Mar - 14:44

Car il s'agit aussi de musique classique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Sam 24 Mar - 14:52

-Hymne Allemand: Das Lied der Deutschen



Das Lied der Deutschen (Le Chant des Allemands) ou Deutschlandlied (Chant d'Allemagne) est un chant dont le troisième couplet est l'hymne national de l'Allemagne. Les paroles, écrites par August Heinrich Hoffmann von Fallersleben (Fallersleben) en 1841 sur l'île de Helgoland, furent mises sur une musique de Joseph Haydn qui était à sa création en 1797 une partition pour un quatuor à cordes.

Les Origines

D'abord cette mélodie, d'origine croate et adaptée par Haydn comme chanson d'anniversaire pour l'Empereur François Ier d'Autriche avec les mots Gott erhalte Franz den Kaiser (Dieu sauve l'Empereur Franz), était l'hymne impérial de l'Empire autrichien avec les paroles Gott erhalte, Gott beschütze/ Unsern Kaiser, unser Land ... (Dieu conserve, Dieu protège/ Notre Empereur, notre pays...).

Comme chant des Allemands il est le plus souvent connu pour la première ligne de son premier couplet, Deutschland, Deutschland über alles, même si ce couplet est aujourd'hui très rarement joué pour les raisons expliquées ci-dessous.


Le XIXe siècle

Fallersleben avait écrit ces paroles pendant son exil, à une époque où l'Allemagne n'était encore formée que de royaumes et principautés qui bataillaient les uns contre les autres. Il voulait exprimer son désir d'une Allemagne forte et unie. La ligne Deutschland, Deutschland über alles, über alles in der Welt doit dans ce contexte être comprise comme un appel aux souverains allemands à mettre de côté leurs querelles et à concentrer leurs efforts pour créer une Allemagne unie. À l'époque de Fallersleben, ce texte avait aussi une connotation révolutionnaire et libérale, car l'aspiration à une Allemagne unie allait souvent de pair avec la réclamation de la liberté de la presse et d'autres droits de l'homme. Ainsi, les frontières de la « patrie allemande » que décrivent le premier couplet ne sont nullement considérées comme frontières politiques, mais décrivent les limites de la langue et de la civilisation allemande.


Le Troisième Reich

Après que ces droits eurent été accordés suite à la Première Guerre mondiale, les trois couplets devinrent l'hymne national allemand en 1922. Dans les années suivantes, cependant, le premier couplet fut de plus en plus utilisé par des partis nationalistes tel que le NSDAP et réinterprété pour s'accorder avec leurs idéologies. Ainsi Deutschland, Deutschland über alles fut interprété comme L'Allemagne doit dominer le monde, et l'idée du poète d'une patrie unifiée pour tous les Allemands fut pervertie en une initiative Heim ins Reich, qui allait entraîner la Seconde Guerre mondiale. En Allemagne nazie, le chant de « Deutschland, Deutschland » précéda le Horst-Wessel-Lied, le chant de la SA.


L'Après 1945 :

En 1949, alors que l'Allemagne de l'Ouest se reconstruisait comme une nouvelle nation démocratique, toutes ces connotations interdirent de continuer à utiliser tous les couplets. La chanson ne fut pas totalement rejetée hors de la mémoire de l'état d'esprit démocratique dans lequel elle trouvait sa source : elle resta l'hymne national mais pour les occasions officielles elle fut réduite à son troisième couplet. Sur ce sujet, il y eut une dispute entre le chancelier Konrad Adenauer et le président Theodor Heuss qui préférait un nouvel hymne. En RDA, on choisit comme hymne national Auferstanden aus Ruinen de Johannes R. Becher et Hanns Eisler.

Après la réunification allemande en 1991, le seul troisième couplet fut adopté comme hymne national de toute l'Allemagne. Les deux premiers ne sont pas interdits, mais ils ne sont jamais chantés lors des occasions officielles. Chanter ou utiliser le premier couplet est généralement perçu comme l'expression de vues politiques très à droite, voire ouvertement néo-nazies. Quand au second couplet, il serait caduc en raison des frontières actuelles de l'Allemagne.


-Les Paroles :

Einigkeit und Recht und Freiheit
für das deutsche Vaterland!
Danach lasst uns alle streben
brüderlich mit Herz und Hand!
Einigkeit und Recht und Freiheit
sind des Glückes Unterpfand;
blühe im Glanze dieses Glückes,
blühe, deutsches Vaterland. Union et Droit et Liberté
pour la Patrie Allemande !
visons tous ce but
dans la fraternité du coeur et de l'esprit!
Unité et Droit et Liberté
sont un gage de bonheur
Fleuris dans l'éclat de ce bonheur,
Fleuris, Patrie Allemande. (bis)


-Texte du 1er couplet de l'hymne impérial autrichien :

Gott erhalte, Gott beschütze
Unsern Kaiser, unser Land.
Mächtig durch des Glaubens Stütze
Führt Er uns mit starker Hand
Lasst uns Seiner Väter Krone
Schirmen wider jeden Feind,
Innig bleibt mit Habsburgs Throne
Österreichs Geschick vereint Dieu conserve, Dieu protège
Notre Empereur, notre pays!
Puissant par son appui sur la foi (scil. la foi chrétienne)
Il nous mène d'une main ferme
Protègeons la couronne de ses pères
Contre tout ennemi,
Au trône de la maison de Habsbourg
La fortune de l'Autriche est étroitement liée.

source: wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Sam 24 Mar - 14:58

-Hymne Français: La Marseillaise




La Création

Elle fut écrite par Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 à la suite de la déclaration de guerre à l'empereur d'Autriche. Elle portait alors le titre de « Chant de guerre pour l'armée du Rhin ».

Le texte est très inspiré d'une affiche de propagande diffusée à cette époque. L'origine de la musique est plus discutée, puisqu'elle n'est pas signée (contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle), et qu'elle semble trop complexe pour avoir été écrite par lui, qui n'était pas un grand musicien. Elle aurait été composée par Jean-Baptiste Grisons (1746-1815), maître de chapelle à Saint-Omer dans son oratorio Esther (1775). À l'écoute, l'inspiration ne fait aucun doute.


Du chant révolutionnaire à l'hymne national

C'est le 30 juillet 1792, alors qu'elle avait été entonnée par les soldats républicains marseillais entrant dans Paris, lors de l'insurrection des Tuileries, qu'elle fut baptisée La Marseillaise. Ces soldats avaient sans doute appris ce chant dans la rue du Tapis-Vert où il fut chanté pour la première fois à Marseille.

Le septième couplet, dit couplet des enfants, date d'octobre 1792. Il est attribué à Jean-Baptiste Dubois, Marie-Joseph Chénier et l'abbé Dubois.

La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795.

Interdite sous l'Empire puis la Restauration, elle est remise à l'honneur après la révolution de 1830 et redevient hymne national sous la IIIe République. Le ministère de l'Éducation nationale conseille d'en pratiquer le chant dans les écoles à partir de 1944, pratique qui est dorénavant obligatoire à l'école primaire (proposition de loi du 19 février 2005, adoptée le 23 avril 2005, modifiant l'article L321-3 du Code de l'éducation). Les Constitutions de 1946 (IVe République) et de 1958 (Ve République) conservent La Marseillaise comme hymne national (article 2 de la Constitution de 1958).

Ringardisée par la génération baba-cool des années 1970, La Marseillaise fut un temps délaissée au profit des nationalistes dont le Front national. Depuis la fin des années 1990 pourtant, La Marseillaise, tout comme le drapeau national, sont clairement de retour comme symboles républicains forts.

Le 6 octobre 2001, lors du match de football France-Algérie au stade de France, La Marseillaise fut copieusement sifflée par une partie des spectateurs français d'origine maghrébine. Ceci provoqua une vive réaction à travers tout le pays et inspira une loi quelques années plus tard, d'autant qu'au printemps 2002, certains supporters corses du Sporting club de Bastia sifflèrent à nouveau l'hymne national à l'occasion de la finale de la Coupe de France. Ce qui provoqua l'ire du président Jacques Chirac, qui a décidé en conséquence de boycotter la remise de la Coupe de France au vainqueur.


La Marseillaise hors de France

La Marseillaise est plus que l’hymne français. En tant que chant révolutionnaire de la première heure, il a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires sur tous les continents. Ainsi, les bolcheviks l'adoptent pour hymne en 1917 avant de reprendre un autre chant français révolutionnaire, L'Internationale. Cette dernière a été écrite pendant la commune de Paris de 1871. Elle a tendance à remplacer La Marseillaise chez les révolutionnaires d'extrême gauche, parce qu'en devenant l'hymne national français, celle-ci est maintenant associée au pouvoir étatique de cette nation. Les activistes les plus à gauche préfèrent donc cette Internationale encore intacte car toujours pas utilisée par ceux qu'ils considèrent comme leurs ennemis.

En 1931, à l'avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego), accueillirent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane.

Les étudiants chinois manifestant sur la place Tian'anmen chantaient également La Marseillaise.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté.


Interprètes, adaptations, réutilisations

Pierre Dupont, chef de la musique de la garde républicaine (1927-1944) compose l'arrangement officiel de l'hymne national. C'est cette version qui est encore actuellement en usage.

Mais, La Marseillaise a eu de nombreux interprètes, dont :

Serge Gainsbourg (1979) sous le titre de Aux armes et cætera. Il s'agit d'une version reggae qui déclencha de nombreux émois au point que l'interprète fut pris à partie par des parachutistes au cours de l'une de ses représentations. Il acheta le manuscrit original du Chant de guerre de l'armée du Rhin lors d'une vente aux enchères en décembre 1981. « J'étais prêt à me ruiner », déclara-t-il.
Stéphane Grappelli et Django Reinhardt au sein du quintette du Hot club de France, titre traduit en anglais "Echoes of France" (écouter un extrait) ; Mireille Mathieu ; Marcel Mouloudji ; Marc Ogeret ; Édith Piaf ;
Michel Sardou (1976) ; Oberkampf, version punk en 1983 ;
The Beatles (introduction de All You Need Is love) ;
Jessye Norman, pour la commémoration du bicentenaire de la Révolution (1989) Jean-Loup Longnon, version brésilienne dans l’album Cyclades, 1996 ; Rohan, version enfant 2005 ; Isabelle Hamon, version gallo 2005 ;
Graeme Allwright ; Ben Heppner, sur un disque d'air français ;
Teaching the Marseillaise from Napoleon, dirigé par Carl Davis à la tête du Wren Orchestra (Silva Screen, FILMCD 149).

On trouve l'ébauche de la mélodie de La Marseillaise dans le concerto pour piano et orchestre n° 25 (KV 503) de Mozart composé quelques années plus tôt : les douze premières notes de l'hymne sont jouées au piano par la main gauche à la fin du premier mouvement allegro maestoso (16e, 17e minutes).

Le thème de La Marseillaise a été repris par Piotr Ilitch Tchaïkovski dans sa grandiloquente Ouverture 1812 opus 49 célébrant la victoire russe de 1812 sur les armées napoléoniennes. On peut y entendre les premières notes de la mélodie utilisées comme motif mélodique récurrent, en opposition aux thèmes mélodiques de différents chants patriotiques russes.

Mel Brooks en a aussi fait une reprise, en introduction, sur son morceau "It's Good To Be The King"

Charlélie Couture a repris en 2006 le thème musical dans une chanson intitulée Ma Marseillaise à moi.

Hector Berlioz l'a arrangée pour solistes, choeurs et orchestre; "pour tout ce qui a un coeur, une voix, et du sang dans les veines", écrit-il en tête de sa partition.


La Loi :

Le 24 janvier 2003, l'ensemble des députés a adopté, dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi) proposée par Nicolas Sarkozy, un amendement créant le délit d'« outrage » au drapeau français et à l'hymne national, La Marseillaise. Délit sanctionné par un emprisonnement de 6 mois et 7 500 euros d'amende. Un certain nombre de citoyens et d'associations de défense des droits de l'Homme se sont insurgés contre ce qu'ils considèrent comme une atteinte manifeste à la liberté d'expression et contre le flou entretenu par le mot « outrage ».

Le Conseil constitutionnel a limité les possibilités d'applications :

« [...] sont exclus du champ d'application de l'article critiqué les œuvres de l'esprit, les propos tenus dans un cercle privé, ainsi que les actes accomplis lors de manifestations non organisées par les autorités publiques ou non réglementées par elles ; que l'expression « manifestations réglementées par les autorités publiques », éclairée par les travaux parlementaires, doit s'entendre des manifestations publiques à caractère sportif, récréatif ou culturel se déroulant dans des enceintes soumises par les lois et règlements à des règles d'hygiène et de sécurité en raison du nombre de personnes qu'elles accueillent. » Décision n° 2003-467 DC

La loi Fillon, visant à réformer l'éducation et adoptée en mars 2005, a rendu obligatoire l'apprentissage de La Marseillaise dans les classes maternelles et primaires à partir de la rentrée 2005, conformément à la loi du 23 avril 2005. Cette obligation fut introduite par un amendement du député UMP Jérôme Rivière. On retrouve l'obligation d'enseigner l’hymne national dans d'autres pays, comme les États-Unis, la Serbie ou encore l’Autriche.

Plusieurs associations, dont les syndicats d’enseignants du Pays basque, ont condamné en 2005 l’obligation d’apprentissage en école primaire de chant incitant à « abreuver nos sillons d’un sang impur ».


Les Paroles

Le texte a subi plusieurs modifications de couplets. La majorité des couplets ne sont plus dans la version « officielle » (celle que l'on trouve sur le site de l'Élysée) et seul le premier couplet est chanté lors des événements. Deux couplets (les « couplets des enfants ») ont été ajoutés ultérieurement, dont l'un d'eux a depuis été supprimé de la version « officielle ». Enfin, eu égard à son caractère religieux, le 8e couplet a été supprimé par Joseph Servan, ministre de la Guerre, en 1792.

Sur la partition originale de Rouget de Lisle, on voit clairement écrit « Marchez, Marchez » au refrain, qui s'accorde avec « Formez vos bataillons », 2e personne du pluriel. La transcription officielle est pourtant « Marchons, marchons », qui tenterait d'établir une rime avec « bataillons » et « sillons ».

1er couplet
Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Egorger vos fils, vos compagnes !


Refrain :
Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !


2
Que veut cette horde d'esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Français, pour nous, ah ! quel outrage
Quels transports il doit exciter !
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage !


3
Quoi ! des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

4
Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S'ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prets à se battre !


5
Français, en guerriers magnanimes,
Portez ou retenez vos coups !
Epargnez ces tristes victimes,
A regret s'armant contre nous. (bis)
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !


6
Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !


7
Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Guillaume



Nombre de messages : 1188
Age : 25
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 12:13

<object><param></param><param></param></object>
La Marseillaise par Roberto Alagna
envoy&eacute; par Jeune_Azureen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 12:15

Si j'etais toi lapin je ferais des recherches sur l'hymne Autrichien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Guillaume



Nombre de messages : 1188
Age : 25
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 12:17

Oui , je sais qu'il vient d'une oeuvre de Mozart. Wink

Par contre pour la vidéo , Dailymotion est beaucoup plus légal que YouTube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 12:26

Pas de betise avec ce genre de chose... il faut que celà soit libre de droit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 75
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 13:22

Je crois que tu te trompes Guillaume; sauf erreur le thème de l'hymne autrichien est tiré d'une oeuvre de Jospeh Haydn "Kaiserlied" plus connu dans les "citations" ou adaptation qu'il en a fait lui même dans son quatuor à cordes opus 76 N° 3 appelé "Kaiserquartett" (2eme mouvement Poco Adagio cantabile)
"C'est la percée effectuée en 1796 en Styrie par les armées napoléoniennes qui éveilla chez Haydn de si forts sentiments patriotiques, qui trouvèrent bien entendu leur point culminant dans le "Kaiserlied" , composé sur un texte de L.L. Haschka. Haynd tint à élaborer lui-même les différentes adaptations du chant en question, "Gott erhalte unsern Kaiser", dont la première eut lieu le 12 février 1797. Cette adaptation sous forme de variations, qui constitue le deuxième mouvement du Quatuor en ut majeur, s'inscrit fort bien dans cet ordre d'idée"
Laszlo Somfai....dans le commentaire de l'enregistrement de ce quatuor par le TATRAI QUARTETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume



Nombre de messages : 1188
Age : 25
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 13:30

C'est l'hymne allemand qui est tiré de ce quatuor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 75
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 20:59

Tu as raison; autant pour moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
avatar

Nombre de messages : 14526
Age : 35
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   Ven 13 Avr - 22:58

Land der Berge, Land am Strome (Pays des montagnes, pays sur le fleuve) est l'hymne national de l'Autriche depuis 1947.

Les paroles sont de Paula von Preradović et la musique de Wolfgang Amadeus Mozart.

Paroles

Land der Berge, Land am Strome,
Land der Äcker, Land der Dome,
Land der Hämmer, Zukunftsreich!
Heimat bist du großer Söhne,
Volk, begnadet für das Schöne,
|: vielgerühmtes Österreich. Neutral

Heiß umfehdet, wild umstritten
liegst dem Erdteil du inmitten,
einem starken Herzen gleich.
Hast seit frühen Ahnentagen
hoher Sendung Last getragen,
|: vielgeprüftes Österreich. Neutral

Mutig in die neuen Zeiten,
frei und gläubig sieh uns schreiten,
arbeitsfroh und hoffnungsreich.
Einig lass in Brüderchören,
Vaterland, dir Treue schwören,
|: vielgeliebtes Österreich. Neutral


Version française

Pays des montagnes, pays des fleuves,
Pays des champs, pays des cathédrales,
Pays des marteaux, riche d'avenir,
De grands fils tu es la patrie,
Peuple, doué pour la beauté,
Autriche, maintes fois louée.

Farouchement disputée, violemment convoitée,
Tel un coeur puissant
Tu es placée au centre du continent.
Depuis les temps lointains de tes ancêtres
Tu as porté le fardeau d'une haute destinée,
Autriche, maintes fois éprouvée.

Courageux vers des temps nouveaux,
Libres et croyants, tu nous vois avancer,
Joyeux au travail et riches en espoir.
Unis dans des choeurs fraternels,
Laisse-nous, ô patrie, te jurer fidélité,
Autriche bien aimée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les hymnes nationaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les hymnes nationaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les hymnes nationaux chantés par des enfants
» Liens d'écoute vers les hymnes nationaux
» Oeuvres utilisant les hymnes nationaux
» PRIX NATIONAUX INDIVIDUELS CFBF 2009
» A. Dvorak : Rusalka (et autres opéras romantiques tchèques)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: La boîte à Musique-
Sauter vers: