Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 François de La Rocque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: François de La Rocque   Mer 13 Juin - 23:20

Le comte François de La Rocque de Severac vecut de 1885 à 1946. Militaire et un homme politique français, il fut président des Croix-de-feu issu des anciens combattants de la Grande Guerre, puis du Parti social français, premier parti de masse de la droite française. Pendant la guerre il fut résistant et fondateur du réseau Klan, ce qui lui valut d'etre déporter.

-Officier et ancien combattant

Combattant durant la Grande Guerre, il est en 1918, à l'âge de 33 ans, le plus jeune commandant de l'armée française.

Patriote et traditionaliste, le lieutenant-colonel de La Rocque milite en faveur du Catholicisme social (créé par Félicité Robert de Lamennais au début du XIXe siècle) et rejoint les Croix de Feu, fondés par Maurice Hanot dit d'Hartoy.


-L'aventure des Croix de Feu (1931-1936)

Le lieutenant-colonel François de La Rocque dirige les Croix de Feu de 1931 jusqu'à leur dissolution en juin 1936 (voir l'article consacré aux Croix de Feu pour plus de précisions).

La Rocque distingue les Croix de Feu des autres ligues par son respect de la légalité républicaine (refus de participer aux violences du 6 février 1934), son rejet de l'antisémitisme, un nationalisme mystique et non raciste (dans le même lignée que Charles Péguy et Charles de Gaulle). Un exemple : il envisage favorablement la perspective d'Etats-Unis d'Europe construits progressivement et démocratiquement : "L'union des États de l'Europe semble donc devoir débuter sous l'aspect d'un accord, d'une combinaison d'accords commerciaux. Elle s'amorcerait de la sorte par un régime simplificateur des relations réciproques entre les peuples et par un commencement de stabilité dans les échanges commerciaux. Les Etats-Unis d'Europe ne sauraient être que l'élargissement d'une entente économique préliminaire."


-Le fondateur du Parti Social Français (1936-1940)

La Rocque se lança alors dans la politique en fondant le Parti social français, dont la devise fut reprise, sans lui demander son avis, par Vichy : Travail, Famille, Patrie. Dans son livre "Service Public". La Rocque préconise un régime présidentiel, la "participation -association du capital et du travail" et le vote des femmes.

A la veille de la guerre, le Parti social français est le premier parti de France (plus de un million d'adhérents).


-Le "sursis de guerre" et le rejet des deux totalitarismes

L'attitude du colonel de La Rocque durant les années 1938-1939 se distingue du pacifisme ambiant dans une bonne partie de la classe politique française, à gauche comme à droite. Il estime en particulier que la France, "en sursis de guerre", doit avant tout se mobiliser pour être capable d'affronter l'Allemagne avec succès.

La Rocque a très tôt rejeté dans un refus commun les deux régimes soviétique et nazi. "Notre idéal de liberté et de défense de la civilisation chrétienne repousse également le joug hitlérien et la tyrannie moscovite." écrit-il en 1937-1938. Il diffère donc d'une grande partie de la droite qui avait fini par penser que mieux valait "Plutôt Hitler que Staline".

Dès 1937, soit deux ans à l'avance, il pressent, grâce à sa grille de lecture "chrétienne" de la politique, le pacte germano-soviétique de l'été 1939, qui surprendra cependant le monde entier. La Rocque écrit ainsi dans Le Petit Journal du 14 juillet 1937 : "Le danger allemand est, aujourd'hui, au premier plan visible. Le danger russe est surtout d'ordre moral. Mais l'un est complémentaire de l'autre : l'un et l'autre peuvent momentanément s'associer contre nous."


-Vichy, Résistance et déportation (1940-1946)

Le 16 juin 1940, La Rocque, directeur du Petit Journal, lance le premier appel à la "Résistance". Quand survient l'armistice, La Rocque rappelle que cette situation dramatique ne suspend nullement les hostilités et dénonce la collaboration avec l'Allemagne "pas de collaboration sous l'occupation". À l'égard du régime de Vichy, il précise : « loyalisme à l'égard de Pétain, mais réserve absolue à l'égard du gouvernement de Vichy ».

Si certaines idées du régime de Vichy (les plus modérées) pouvaient se rapprocher des siennes (corporatisme, politique de la jeunesse et des sports, politique sociale, politique de la famille, etc.), François de la Rocque réprouvait à la fois la dictature (qui l'empêchait de s'exprimer librement), le principe de réformer la France sous occupation ennemie, la collaboration (condamnation du STO, de la Milice, de la LVF) et plus encore le fascisme et le nazisme dans lequel il voyait depuis plusieurs années une résurgence du paganisme.

La Rocque finit par entrer en Résistance dès août 1940 en collectant des renseignements, formant ainsi le réseau Klan qui se branchera en mai 1942 sur l'Intelligence service britannique via le colonel Charandeau à Madrid (réseau Alibi). Le réseau Klan, considéré comme un sous-réseau du réseau Alibi, sera félicité deux fois par l'Intelligence Service britannique. Il semble qu'à la demande des britanniques, la Rocque ait dû, pour ne pas éveiller les soupçons, garder officiellement une attitude extérieurement bienveillante à l'égard du maréchal Pétain.

François de La Rocque est arrêté par la police allemande le 9 mars 1943, ainsi que, dans les deux jours qui suivent, 152 dirigeants du Parti social français. Selon Jacques Nobécourt, "Jusqu'à la fin de sa liberté, la Rocque resta convaincu qu'il avait le devoir d'éclairer Pétain sur les égarements dans lesquels l'entraînait son entourage. Il finit par en obtenir trois rendez-vous au début de mas 1943. Quarante-huit heures plus tard, il était arrêté par la Gestapo de Clermont-Ferrand, en même temps qu'une centaine de cadres du PSF dans toute la France." Pour certains historiens, cette arrestation proviendrait des tentatives faites par le colonel de La Rocque pour convaincre le maréchal Pétain de partir en Afrique du nord.

Arrêté et déporté en 1943 en Tchécoslovaquie puis en Autriche, où il a la surprise de retrouver Albert Lebrun, Edouard Daladier, Paul Reynaud, Franck Borotra, Léon Jouhaux. Il parvient à fuir l'internement en camp de concentration après une opération chirurgicale et rentre en contact avec des parachutistes américains.

Il revient en France libérée le 9 mai 1945 et se voit placé en internement administratif jusqu'au 31 décembre 1945 afin de l'éloigner des affaires politiques, notamment des négociations du Conseil National de la Résistance. La commission de vérification des internements administratifs réclame sa libération, mais le gouvernement ne tient pas compte de cet avis. A sa sortie d'internement administratif il est assigné à résidence et décède quelques mois plus tard le 28 avril 1946 des suites de plusieurs années de détention et d'une opération chirurgicale. Ses proches ont toutefois pu créer un Parti républicain social de la réconciliation française qui évoque le défunt PSF.

Le lieutenant-colonel François de La Rocque fut décoré à titre posthume, en 1961, de la médaille des déportés et se vit attribuer la carte de résistant, qui lui avait été refusée de son vivant. De Gaulle voulait alors de "réparer une grave injustice" selon ses propres termes. A l'issue de sa carrière militaire, François de La Rocque possédait 12 citations.


-Polémiques sur le colonel de La Rocque

Dans les années 1930, le colonel de la Rocque est devenu pour l'opinion publique de gauche, le symbole du fasciste français. Cette image a perduré, même si la grande majorité des historiens (l'école français, mais pas certains américain tels Robert Soucy) le considèrent comme une erreur historique.

L'image de "fasciste" de La Rocque reposait essentiellement sur les traits suivants :

Les Croix de Feu étaient au départ très nationalistes et cette mauvaise réputation leur restera auprès de leurs adversaires. Mais l'attitude de La Rocque a progressivement expurgé les Croix de Feu de leurs éléments extrêmes, jusqu'au flirt du PSF avec le parti radical (centriste) à la fin des années 1930. Par l'attitude modérée de La Rocque, Croix de Feu puis PSF se sont régulièrement purgés de leurs éléments extrêmistes.
La Rocque soutenait une ligne antiparlementaire, en faveur d'un régime présidentiel, ce qui, dans l'esprit des républicains de gauche, suffisait à le faire passer pour un fasciste (la même chose est arrivée à Gaulle en 1947 ou 1958).
Le PSF était devenu le premier parti de droite de masse, ce qui était suspect au yeux de ses opposants.
L'attitude complexe de La Rocque face au régime de Vichy (proche de celle du maréchal de Lattre ou de François Mitterrand, par exemple) fut incomprise en 1945 lorsque les choses se devaient d'être toutes blanches ou toutes noires.
L'image du colonel de La Rocque souffrira longtemps est également due aux injures et aux calomnies venues tout autant de l'extrême-gauche que de l'extrême-droite.

Les plus durs furent finalement l'extrême-droite, qui ne pardonna jamais à La Rocque d'avoir refusé de soutenir une prise de la Chambre des députés le 6 février 1934, d'avoir refusé de se joindre aux coalitions nationalistes (Front de la Liberté, etc.) dans les années 1930, d'avoir refusé de rejoindre le régime de Vichy et la Collaboration (La Rocque était traité d'"enjuivé").

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: François de La Rocque   Mer 13 Juin - 23:24


_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: François de La Rocque   Mer 13 Juin - 23:26

Comme promis on continue la série sur ces hommes qui ont mis en péril la démocratie. Après Boulanger, ce soir de la Rocque.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: François de La Rocque   Jeu 14 Juin - 13:28

S'il a été décoré à titre posthume par De Gaulle lui-même, je suppose qu'une enquête sérieuse a été faite sur De la Roque, et que les accusations portées contre lui (fascite, pétainiste) ont été jugées sans fondement.

C'est curieux, j'avais 15 ans en 1961, je ne me souviens pas de cette décoration faite par De Gaulle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: François de La Rocque   Jeu 14 Juin - 13:39

Ce qui est etrange dans ces affaires de résistance c'est que pas mal d'ancien gauchistes ont été les thuriféraires de Vichy comme Dhéat, et à l'inverse les nationalistes comme de la Rocque ont tout de suite etait opposés à l'Allemagne au nom de l'a souveraineté francaise.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: François de La Rocque   Aujourd'hui à 23:12

Revenir en haut Aller en bas
 
François de La Rocque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récitals d'Opéra Français
» François Couperin - 3 Leçons de Ténèbres du Mercredi Saint
» François Adrien Boieldieu (1775-1834)
» Les plus belles dictions françaises
» Paul et Virginie de Jean-François Lesueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Les Archives de l'Histoire-
Sauter vers: