Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Adolphe Thiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Adolphe Thiers   Mer 22 Aoû - 14:05

Adolphe Thiers naît à Marseille, le 15 avril 1797, au sein d’une famille de la petite bourgeoisie locale. L’octroie d’une bourse lui permet d’effectuer ses études au Lycée de la ville. Le lycéen se fait alors remarquer en se voyant décerné un prix par l'Académie d'Aix pour un éloge du grammairien Vauvenargues. Il entre bientôt à la faculté de cette ville, voisine de la cité phocéenne, et obtient une licence de droit qui lui permet d’être reçu avocat.

En 1821, en compagnie de son ami Auguste Mignet, Adolphe Thiers monte à Paris. Le député libéral Jacques Antoine Manuel le présente à Talleyrand puis l’introduit dans les milieux de l’opposition. Sur la recommandation du banquier Jacques Lafitte, il entre au Constitutionnel et devient un des journalistes en vue de la Restauration. Thiers s’illustre également en rédigeant de 1824 à 1827 une Histoire de la Révolution, un vaste manifeste publié en dix volumes.

En 1830 et grâce au financement de Lafitte, il fonde Le National, dont le premier numéro paraît le 3 janvier. Le journal devient l’organe de la lutte contre le parti ultra et la réaction, contre la pratique du pouvoir de Charles X. Adolphe Thiers fait d’ailleurs de la résistance aux ordonnances royales du 25 juillet 1830 qui limite la liberté de la presse, rompant ainsi avec quinze années d’application de la Charte de 1814. Quelques jours plus tard, le 30 juillet suivant, il rédige d’ailleurs la proclamation qui fait appel à Louis-Philippe d’Orléans après les Trois glorieuses, ces journées révolutionnaires qui chassent le dernier roi Bourbon du trône de France.

Élu député d’Aix le 5 juillet 1831 puis régulièrement réélu, Adolphe Thiers siégera désormais à la Chambre des députés pendant la Monarchie de Juillet. Le député accède également aux honneurs littéraires, en étant élu le 20 juin 1833 à l’Académie française. Nommé Ministre des Travaux publics et de l'Intérieur le 11 octobre 1832, au sein du " ministère de tous les talents ", il obtient l’arrestation de la duchesse de Berry, le 6 novembre suivant, mettant ainsi fin à la chevauchée qui agite l’Ouest du pays. Désigné également comme Ministre du Commerce le 25 décembre de la même année, Adolphe Thiers agit afin d’assurer la pérennité du régime. Le 26 mars 1833, le Ministre de l'Intérieur adresse une circulaire aux préfets, leur demandant de dresser la liste des prisonniers, opposant à la Monarchie de Juillet. Le 7 août 1834, un second texte vise à définir le statut de prisonniers politiques, ceux-ci sont d’ailleurs incarcérés depuis 1831 à la prison parisienne de Sainte-Pélagie. Il se fait également remarquer par la fermeté de la répression qui met fin aux insurrections républicaines, aux émeutes qui se déroulent notamment à Lyon et à Paris du 9 au 15 avril 1834. Dans la capitale cependant, en ce dernier jour, tous les habitants de la rue Transnonain, d'où était parti un coup de feu, sont massacrés par l'armée. Cet événement inspire un célèbre dessin à Honoré Daumier.

Reconduit dans ses fonctions en 1834, Adolphe Thiers devient Président du Conseil le 22 février 1836, puis de nouveau du 1er mars au 28 octobre 1840. Il décide ainsi du retour des cendres de Napoléon Ier, dont la cérémonie de translation aux Invalides a lieu le 15 décembre suivant alors que son adversaire et rival, François Guizot, est à présent au pouvoir. Adolphe Thiers subit en effet un grave échec diplomatique en soutenant le pacha d’Égypte Méhémet Ali dans sa politique offensive contre le sultan ottoman. Le 15 juillet 1840 en effet, le traité de Londres, qui réunit les grandes puissances européennes, règle la question égyptienne, sans que la France de la Monarchie de Juillet soit invité à ratifier ces accords. Demeurant attaché à la dynastie des Orléans, Adolphe Thiers se pose dans les années qui suivent comme le principal orateur à la Chambre de l’opposition, s’attaquant sans relâche aux initiatives diplomatiques de Guizot, Ministre des Affaires étrangères. Suivant les vœux de Louis-Philippe, ce dernier s’emploie à ménager l’Angleterre de Victoria, développant une politique extérieure faite de conciliation afin de rendre à la France sa place au sein du Concert des Nations.

Poursuivant son œuvre d’historien, il publie en 1845 une Histoire du Consulat et de l'Empire. Alors que Paris se couvre de barricades, Louis-Philippe fait appel à Adolphe Thiers afin de sauver le régime, peu après la démission de Guizot, le 23 février 1848. Mais il est déjà trop tard. Le lendemain, un Gouvernement provisoire se forme, avec à sa tête Alphonse de Lamartine, qui se déclare favorable à la République. Le 25 février d’ailleurs, la Seconde République est proclamée. Très hostile aux républicains, radicaux et socialistes, Adolphe Thiers est élu le 4 juin lors d’élections complémentaires à l'Assemblée constituante. Sur les bancs du Palais-Bourbon, lors des réunions du cercle de la rue de Poitiers, il s’impose parmi les députés conservateurs. Au mois de septembre 1848, un opuscule intitulé De la propriété en fait le porte-parole incontesté. Adolphe Thiers se décide ainsi au soutien lors des élections présidentielles à Louis-Napoléon Bonaparte, le neveu de l’Empereur des Français à la popularité montante. Il pense pouvoir diriger sans difficulté celui qu’on juge alors comme un faible politique. Cependant, autour du nouveau Président de la République, plébiscité le 10 décembre 1848, se forme un parti de l’Élysée qui s’oppose bientôt au parti de l’Ordre qu’anime Thiers. Celui-ci contribue à l’élaboration de la loi Falloux, promulgué le 15 mars 1850, qui instaure la liberté de l'enseignement. Il se montre également un des plus ardents défenseurs de la loi électorale du 31 mai suivant, qui prive trois millions de Français du droit de vote. A la tribune de l’Assemblée législative, Thiers stigmatise ainsi la " vile multitude ", celle des vagabonds qui n’est pas le peuple et qui a perdu par le passé toutes les républiques.

Le 2 décembre 1851 lors du coup d’État, Adolphe Thiers est banni l’espace de quelques mois. Il se réfugie en Suisse. A son retour en France, l’Empire est proclamé. Thiers se retire alors de vie politique, se consacrant à ses travaux historiques, avant d'être de nouveau élu député, le 30 mai 1863. Au Corps législatif, le duc de Morny, son président qui se souvient de son passé d'Orléaniste, s'exclame alors du haut de la tribune : " les suffrages du peuple ont replacé parmi nous d'anciennes illustrations parlementaires ; j'ose dire que, pour ma part, je m'en réjoui ". Thiers cependant devient un des principaux acteurs de l'opposition à l'Empire. Le 11 janvier 1864, il prononce un discours au Corps législatif, réclamant les " libertés nécessaires ", qui connaît un grand retentissement. Prenant de nouveau la parole devant les parlementaires, le 3 mai 1866, Adolphe Thiers critique la politique étrangère de l'Empereur qui, dans sa volonté de remettre en cause les frontières issues du congrès de Vienne, favorise la montée en puissance de la Prusse. Là encore, ses paroles sonne juste et font impression. Dans les années qui suivent, l’Empire se libéralise et un Tiers Parti, regroupant les républicains ralliés à Napoléon III, arrive bientôt au pouvoir en la personne d’Émile Ollivier. Nommé chef du gouvernement au mois de janvier 1870, celui-ci assume la responsabilité de la déclaration de guerre face à la Prusse, le 19 juillet suivant. S’il se montre opposé au conflit, en refusant de voter les crédits militaires, l’évolution de celui-ci redonne à Adolphe Thiers, maintenant âgé de soixante-treize ans, un rôle politique de premier plan.

Le 3 septembre 1870, la défaite de Sedan est connue à Paris. Le lendemain, à la proclamation de l'abolition de l'Empire succède l'instauration de la République. Adolphe Thiers se voit alors confié par le Gouvernement de Défense nationale, qui s’est formé sous l’égide de Jules Favre, de Jules Ferry et de Léon Gambetta, une mission diplomatique d’importance. Dans les semaines qui suivent, tandis que les combats se poursuivent, il parcourt ainsi l'Europe afin d’intéresser les nations étrangères au sort de la France vaincue. Adolphe Thiers n'obtient cependant que des témoignages de sympathie… Élu dans vingt-six départements à l’Assemblée nationale le 8 février 1871, Thiers est nommé " chef du Pouvoir Exécutif de la République Française " quelques jours plus tard. Il poursuit à ce titre les négociations avec la Prusse vainqueur qui aboutissent à la signature du Traité de Francfort, le 10 mai 1871, et mettent un terme aux hostilités.

Le retour des prisonniers permet alors à Adolphe Thiers de constituer une armée forte de 130.000 hommes. Le 21 mai suivant, ces troupes entrent dans Paris. Commencent alors la reconquête de la capitale et la répression du mouvement communard, la Semaine sanglante. Celle-ci rallie d’ailleurs une partie de l’opinion conservatrice à la République. Par la loi Rivet, promulgué le 31 août 1871, Adolphe Thiers devient le premier Président de la Troisième République. Au cours des mois qui suivent, il se consacre à la réorganisation de l’administration et à la libération du territoire, toujours occupé par les armées ennemies. Peu après la levée de deux emprunts, le versement anticipé de l’indemnité de cinq milliards de Francs or due aux Allemands permet la signature d'une convention précisant les modalités d'évacuation, le 29 juin 1872. Grâce à ce succès, Thiers gagne le surnom de " Libérateur du Territoire ".

Le 10 mars 1871, avec le Pacte de Bordeaux, Adolphe Thiers s’était entendu avec l’Assemblée conservatrice afin de différer la décision définitive sur le régime. Évoluant dans ses convictions, la République obtient peu à peu son assentiment. Le manifeste du comte de Chambord empêche d’ailleurs par son intransigeance toute restauration monarchique. Le 13 novembre 1872, le chef de l’exécutif annonce officiellement son opinion dans un message adressé aux Chambres. Ce ralliement le met alors en difficulté face à un Parlement à majorité monarchique. Le 24 mai 1873, Paul-Louis Target et son groupe de députés provoquent la mise en minorité du gouvernement de Jules Dufaure et la démission d'Adolphe Thiers. Avec l’arrivée au pouvoir du maréchal de Mac-Mahon et le début de l’Ordre moral, il se consacre à présent à animer le parti républicain. Le 16 mars 1877, Thiers reçoit le titre de " Libérateur du territoire ", lors d'une cérémonie organisée à Versailles.

Adolphe Thiers décède le 3 septembre 1877 à Saint-Germain-en-Laye. Quelques jours plus tard, ses obsèques donnent lieu à une manifestation contre le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Adolphe Thiers   Mer 22 Aoû - 14:10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Adolphe Thiers   Dim 26 Aoû - 21:46

Cet individu m'a toujours paru singulièrement antipathique, et ce depuis le collège.

Quand je penses que dans nos villes (du moins celles de droite) il y a toujours une rue ou une place Thiers. Quelle honte de dédier des rues à ce pourfendeur de la Commune ! Celle ci a sans doute commis des éxagérations, mais à qui la faute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Adolphe Thiers   Dim 26 Aoû - 22:32

Moi je ne suis pas non plus l'un de ses admirateurs.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adolphe Thiers   Aujourd'hui à 6:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Adolphe Thiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adolphe Sax
» Adolphe Biarent
» Dégénération et l'art dégénéré
» Per Nørgård (1932-...)
» Fra Diavolo d'Adolphe Adam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Les Archives de l'Histoire-
Sauter vers: