Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hideki Tojo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Hideki Tojo   Mar 2 Oct - 22:59

Hideki Tojo (東條英機, 1884-1948) fut général et Premier ministre du Japon durant la Seconde Guerre mondiale. Il fut condamné à être pendu par le Tribunal de Tōkyō.

Hideki Tōjō est né à Tōkyō (Japon), en 1884. Il était le troisième fils de Hidenori Tōjō, un lieutenant-général dans l'Armée impériale japonaise. Les deux grands frères de Tōjō moururent avant sa naissance. En 1909, il se maria avec Katsuko Itō, avec qui il eut trois fils et quatre filles.

En 1905, il sortit de l'Académie militaire impériale de Tōkyō et entra dans l'armée en tant que second lieutenant dans l'infanterie. Il gravit rapidement les échelons dans l'armée ; en 1915, il sortit du collège militaire avec d'excellentes notes. Suite à cela, il donna des cours au collège et servit en tant qu'officier dans l'infanterie. En 1919, il entreprit de voyager en Europe (Suisse, Allemagne).

Dans les années 1920, Tōjō fut membre du Tōseiha (« groupe de contrôle », pour reprendre le nom que lui donnèrent ses adversaires), en compagnie de Kazushige Ugaki, Gen Sugiyama, Kuniaki Koiso, Yoshijirō Umezu et Tetsuzan Nagata. Ils représentaient l'aile conservatrice modérée en opposition au Kōdōha (« groupe de bienveillence impérial »), plus extrémiste, dirigé par Sadao Araki. Les deux factions étant issues de la Société de la Double Feuille, une société secrète adepte de l'ultranationalisme.

En 1935, Tōjō fut promu colonel, à la tête du kenpeitai de Kantōgun (aussi connue sous le nom d'armée du Guandong) dans l'État fantoche de Manzhouguo et, en 1937, il fut nommé commandant en chef de cette force. En 1938, Tōjō fut promu vice-ministre de la Guerre. De décembre 1938 à 1940, il fut inspecteur général de l'armée de l'air. Il était également responsable des services secrets japonais avant et pendant la guerre du Pacifique, maintenant des contacts indirects avec Kōki Hirota, leader des Dragons noirs et d'autres sociétés secrètes.

Pendant l'incident du 26-Février, Tōjō et Shigeru Honjō, un partisan de Sadao Araki, s'opposèrent à la tentative de putsch du Kōdōha. L'empereur Hirohito, lui-même fut scandalisé par ces attaques sur ses proches conseillers. Après une brève crise politique, et grâce au soutien bienveillant de l'armée, les rebelles furent forcés à la reddition. Suite à cela, le Tōseiha put effectuer des purges dans l'armée visant les officiers radicaux, les instigateurs du putsch furent jugés et exécutés. Après la purge, les éléments de Tōsei et Kōdō furent réunis dans l'instance conservatrice, mais non politique, sous la bannière du Kōdōha. Avec Tōjō à sa tête, le Kōdōha allait contribuer à l'entrée du Japon dans la Seconde Guerre mondiale.

Pendant le séjour de Tōjō au ministère de l'Intérieur, il dirigea la Keishichō (police de Tōkyō). Nommé ministre de la Guerre en 1940, il eut un rôle crucial dans l'adhésion du Japon à l'Axe, aux côtés de l'Allemagne et l'Italie. En juillet 1940, il fut nommé ministre de la Guerre dans le second cabinet de Fumimaro Konoe et resta à ce poste dans le troisième cabinet de Konoe. Quand le Premier ministre Konoe fut incapable de trouver un accord avec les États-Unis, les partisans de Tōjō le poussèrent à la démission. En 1941, Tōjō fut nommé Premier ministre par l'empereur Hirohito et devint commandant en chef de l'Armée impériale japonaise.

Cependant, après une série de défaites, culminant avec la chute de Saipan, il fut abandonné par ses partisans et forcé à la démission le 18 juillet 1944. Il se retira de la première liste de réserve et du gouvernement. Condamné par le tribunal de Tōkyō en 1948, il fut pendu le 22 décembre 1948. Son âme est honorée au sanctuaire de Yasukuni.

Lors du procès de Tōkyō, Tōjō déclara lors de son premier interrogatoire qu'il n'était qu'un exécutant de l'empereur Hirohito et que seul Hirohito pouvait prendre des décisions telles que de bombarder Pearl Harbor ou de mettre fin à la guerre. Lors d'un second interrogatoire Tōjō se rétracta et affirma que son empereur a toujours été un homme de paix.

Le surnom de Tōjō était « le Rasoir » (« Kamisori »).

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre


Dernière édition par le Mer 3 Oct - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Hideki Tojo   Mar 2 Oct - 23:03


_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
 
Hideki Tojo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Les Archives de l'Histoire-
Sauter vers: