Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:22

Achevons ce tout d'horizon de la tragédie des Wittelsbach avec la plus célèbres de ses représentantes, Elisabeth dite Sissi.

Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach (née le 24 décembre 1837 à Munich et décédée le 10 septembre 1898 à Genève) fut impératrice d’Autriche (1854–1898) et reine couronnée de Hongrie (1867–1898), née duchesse en Bavière, épouse de l’empereur François-Joseph Ier. Elle est universellement connue sous le surnom de Sissi.


Duchesse en Bavière

Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach, dite Sissi, naît le dimanche 24 décembre 1837 dans un palais de la Ludwigstrasse à Munich. Le nourrisson a déjà une dent - tout comme Napoléon Ier - ce qui est perçu comme un signe de chance.Elle est le troisième enfant et la deuxième fille du duc Maximilien de Bavière et de la princesse née Ludovica de Bavière. Le duc, couramment appelé "Max", est le chef de la branche cadette des Wittelsbach et la duchesse Ludovica, la fille cadette du roi de Bavière Maximilien Ier Joseph et de la princesse née Caroline de Bade.

L’enfant reçoit le prénom d’Élisabeth en l’honneur de sa marraine et tante maternelle, la reine de Prusse, née princesse royale de Bavière (1801-1873). Les autres sœurs de sa mère sont la princesse de Leuchtenberg épouse du fils adoptif de l' Empereur Napoléon Ier,les reines de Saxe et l'archiduchesse Sophie, belle-sœur de l'empereur Ferdinand Ier d'Autriche.Quant à ses oncles maternels, le prince héritier Maximilien est un intellectuel et le prince Charles Théodore vit à l'écart de la cour ayant préféré épouser la femme roturière de son choix plutôt qu' un membre d'une famille princière. Le père de "Sissi" était fils unique et son père le duc Pie, profondément misanthrope, époux de la fille du duc d'Arenberg, mourut également en 1837.

La petite Élisabeth grandit l’hiver à Munich, et l’été et dès que possible à Possenhofen, dit Possi. Élevée sans contrainte ni manières, elle est passionnée d’équitation, de poésie et adore faire de longues promenades en forêt.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:24

Impératrice d’Autriche

En août 1853, l'Empereur François-Joseph d’Autriche fête son vingt-troisième anniversaire dans la résidence impériale d’été d'Ischl. C’est à cette occasion qu’il doit se fiancer officiellement avec sa cousine germaine la duchesse Hélène de Bavière, sœur aînée d’Élisabeth. Mais c’est de "Sissi" dont le jeune souverain s'éprend. À la surprise de sa mère l’archiduchesse Sophie d'Autriche, il annonce le 19 août son intention d'épouser la jeune Sissi, à peine âgée de quinze ans, perturbée par la perte de son premier amour, un adolescent mort de maladie.

Le mariage est célébré le 24 avril 1854 à Vienne (Autriche). Les premières années du mariage semblent heureuses, donnant au couple deux filles et un fils. Les relations entre Élisabeth et sa belle-mère et tante, l'archiduchesse Sophie, furent souvent orageuses. Les deux femmes ne pouvaient se comprendre et bien au-delà du conflit familial traditionnel il y avait entre elle le fossé de deux visions différentes des devoirs d'une souveraine puis deux conceptions politiques différentes de l'avenir de l'Autriche. Sophie avait sacrifié sans se plaindre les espérances d'une jeune fille romantique, acceptant son destin de princesse mariée malgré elle qu'elle jugeait tout à fait acceptable.

Contrairement à la légende, Sophie n'avait pas été déçue du choix d'Élisabeth. Elle en appréciait les qualités personnelles et elle l'aimait. De plus, sur le plan dynastique et diplomatique, une duchesse de Bavière en valait bien une autre, l'essentiel étant de trouver des alliés au sein de la Confédération germanique pour contrer les ambitions du royaume de Prusse.Au départ, les ambitions de Sophie et de François-Joseph se portèrent sur la princesse Anne de Prusse mais le gouvernement de Berlin s'y opposa pour mieux préserver sa liberté de manœuvre face à la prééminence autrichienne. Le « couple » archiducal se tourna alors vers la famille royale de Saxe mais la princesse Sidonie n'eut pas l'heurt de plaire au jeune empereur qui s'éprit d'une de ses cousines hongroises déjà veuve et mère d'une petite fille. L'archiduchesse, qui gardait un souvenir cuisant de la révolution hongroise - soutenue par le frère de la jeune archiduchesse, chef de la branche hongroise - y était opposée et femme de caractère, fit épouser l'archiduchesse veuve - qui se prénommait également Elisabeth - par un cousin autrichien de la branche de Teschen. Elle se rabattit, en désespoir de cause sur une de ses nièces de la branche ducale de sa maison. C'était le moins mauvais parti à prendre.

L'archiduchesse Sophie reprochait à sa belle-fille de refuser de sacrifier sa vie privée, plaçant sa vie et ses goûts personnels au dessus des devoirs de sa charge. Intelligente, sensible et cultivée, ayant sacrifié sa vie, ses ambitions et ses amours à une union certes prestigieuse mais avec un homme sans éclat, Sophie ne pouvait comprendre ni admettre que la jeune impératrice refusait d'être une souveraine et préférait être Élisabeth. Ni la ville ni la Cour de Vienne n'aimaient Élisabeth dont le mépris pour sa capitale et ses institutions était connu de tous. Ironiquement un journal titra un jour de 1er janvier : « Nous remercions Votre Majesté d'avoir daigné passer quatre jours à Vienne cette année ! ».

Elle ne refusa toutefois aucun des avantages financiers de sa position. Elle dépensait sans compter en toilettes, chevaux, équipages et voyages. François-Joseph paya toutes ses dépenses sans jamais lui en faire le reproche. En 1875, à la mort de l'Empereur Ferdinand Ier, qui avait abdiqué en sa faveur en 1848, François-Joseph remit à Élisabeth des sommes importantes prélevées sur cet héritage considérable car il avait conservé la possession de tous les apanages du défunt. Élisabeth plaça lesdites sommes en Suisse. Elles furent ensuite partagées entre ses héritiers à sa mort.

Sa beauté, qu'elle entretenait excessivement, lui ayant reconnu un certain pouvoir, était unanimement admirée et célébrée. Ses aptitudes équestres étaient également remarquables. Elle fut considérée comme la meilleure cavalière de son temps.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:26

Souveraine malade

En 1860, Élisabeth, souffrant d'une toux incessante (probablement d'origine psychologique), choisit de se rendre à Madère pour y reprendre des forces. Guérie, elle ne cesse dès lors de voyager partout en Europe, notamment en Hongrie, en Grèce… En effet, dénigrée par sa tante et belle-mère, l'archiduchesse Sophie qui prend en charge l'éducation de ses enfants, étouffée par le protocole rigide de la Cour de Vienne, désespérée, Élisabeth déserte le palais qu'elle nomme « sa prison dorée ». Nonobstant, si Élisabeth n'a pas eu le droit d'éduquer ses trois premiers enfants (la première, Sophie, est morte très jeune) mais a su intervenir quand il le fallait, par exemple pour le choix du précepteur de l'archiduc héritier Rodolphe).

En outre, pour éviter de prendre du poids, Sissi s'astreignait à consommer uniquement du jus de viande, substance très nourrissante mais absolument répugnante au palais, mise au point pour combler les besoins alimentaires des ouvriers trop pauvres pour acheter la nourriture normale des marchés. L'impératrice était tellement obsédée par la peur de grossir - elle ne pesait pourtant qu'un frêle 41 kilos pour 1m72- que certains la considèrent a posteriori comme souffrante d'anorexie mentale. Son anorexie, on le sait maintenant était peut-etre due au fait que, jusqu'a la fin de sa vie, la souveraine se faisait régulièrement des injections de cocaine, produit qui était bien moins stigmatisé que maintenant, non loin de cet époque le professeur Sigmund Freud lui-meme en faisait souvent usage.


Reine de Hongrie

Le 8 juin 1867, Élisabeth, passionnée par la Hongrie, sa langue et son peuple, est couronnée reine de Hongrie aux côtés de son mari. Élisabeth devient donc Erzsébet , une souveraine aimée, admirée, acclamée, fêtée et adulée par le peuple magyar. Celui-ci lui offre le château de Gödöllö qui est situé à une trentaine de kilomètres de Budapest. Gödöllö est le seul véritable endroit où elle se sent chez elle (à l'inverse des palais de Vienne). Elle s'y rendra très souvent.

Le rôle politique d'Élisabeth dans l'élaboration du compromis austro-hongrois, sans avoir été déterminant, est incontestable. Au moins dans l'influence qu'elle eut auprès de François-Joseph à surmonter sa répugnance vis-à-vis des Magyars et celle de ces derniers à l'encontre de leur roi. La répression de la révolution hongroise de 1848 avait laissé des traces d'amertume d'autant plus profondes dans les élites et dans le peuple hongrois qu'il avait fallu que François-Joseph fasse appel aux troupes russes pour rétablir l'ordre.

En 1868, Élisabeth donne naissance à son quatrième enfant, l'archiduchesse Marie-Valérie, qu'elle élève elle-même cette fois.


Souveraine meurtrie

En quelques années, les morts successives de sa fille aînée Sophie (alors âgée de deux ans), de son cousin le roi Louis II de Bavière, retrouvé noyé dans le lac de Starnberg, de son père le duc Maximilien de Wittelsbach, de son fils unique l'archiduc Rodolphe à Mayerling, de son ami le comte Gyula Andrássy, de sa sœur la duchesse Sophie Charlotte de Wittelsbach brûlée vive dans le tristement célèbre incendie du Bazar de la Charité, et de sa mère la duchesse Ludovica de Bavière, plongent Élisabeth dans une douleur et une mélancolie indescriptibles.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:28

Impératrice assassinée

Le 10 septembre 1898, elle est assassinée à Genève, en sortant de l’hôtel Beau Rivage de Genève, par un anarchiste italien, Luigi Luccheni (26 ans) qui veut à tout prix tuer un prince européen. L'anarchiste se met alors en faction près de l'hôtel Beau-Rivage où l'impératrice est descendue. À 13h35, celle-ci sort au bras de sa dame de compagnie. Passant près du jeune homme, l'impératrice reçoit ce qu'elle croit être un coup de poing et trébuche. Le meurtrier, qui vient de la poignarder au moyen d'une lime (exposée à Vienne dans un musée dédié à l'impératrice), s'échappe mais est interpellé quelques mètres plus loin. L'impératrice tient quand même à prendre le bateau, ce qu'elle fait avec peine, perdant connaissance une fois à bord. En ouvrant son corsage, sa dame de compagnie observe un infime point rouge au dessus du sein gauche. Ramenée dans ses appartements, elle décède dans les bras de Fanny Mayer, l'épouse du propriétaire de l'hôtel.


Famille


Parents

Maximilien Joseph (1808-1888), duc en Bavière. Il épousa (1828) la princesse Ludovica de Bavière (1808-1892).
Marie Ludovica Wilhelmine (1808-1892), duchesse en Bavière, née princesse de Bavière.


Frères et sœurs

Louis Guillaume (1831-1920), duc en Bavière. Il épousa morganatiquement (1859) l’actrice Henriette Mendel (1833-1891), titrée baronne de Wallersee, puis à nouveau morganatiquement (1892) Barbe Antonie Barth (1871-1956), titrée baronne de Bartolf (divorce 1913). Il renonça à ses droits pour épouser Henriette Mendel.
Hélène Caroline Thérèse dite Néné (1834-1890), princesse de Tour et Taxis, née duchesse en Bavière. Elle épousa (1858) le prince Maximilien de Tour et Taxis (1831-1867).
Charles Théodore dit Gackel (1839-1909), duc en Bavière. Il épousa (1865) la princesse Sophie de Saxe (1845-1867), puis (1874) l’infante Marie-José du Portugal (1857-1943).
Marie Sophie Amélie (1841-1925), reine des Deux-Siciles, née duchesse en Bavière. Elle épousa (1859) le roi François II des Deux-Siciles (1836-1894).
Mathilde Ludovica dite Moineau (1843-1925), comtesse de Trani, née duchesse en Bavière. Elle épousa (1861) le prince Louis des Deux-Siciles (1838-1886), comte de Trani et frère de l’époux de Marie.
Sophie Charlotte Auguste (1847-1897), duchesse d'Alençon, née duchesse en Bavière. Elle épousa (1868) le prince Ferdinand d'Orléans (1844-1910), duc d'Alençon.
Maximilien Emmanuel dit Mapperl (1849-1893), duc en Bavière. Il épousa (1875) la princesse Amélie de Saxe-Cobourg-Gotha (1848-1894).


Enfants

Sophie Frédérique Dorothée Marie Josèphe (1855-1857), archiduchesse d'Autriche.
Gisèle Louise Marie (1856-1932), princesse de Bavière, née archiduchesse d'Autriche. Elle épousa (1873) le prince Léopold de Bavière (1846-1930).
Rodolphe François Charles Joseph (1858-1889), archiduc d'Autriche et prince héritier de l’empire austro-hongrois. Il épousa (1881) la princesse Stéphanie de Belgique (1864-1945).
Marie Valérie Mathilde Amélie (1868-1924), archiduchesse d'Autriche-Toscane, née archiduchesse d'Autriche. Elle épousa (1890) l'archiduc François-Salvator d'Autriche-Toscane (1866-1939).

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:32


_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:37



En cherchant des images pour Sissi j'ai decouvert ce disque ! Karajan qui joue les valses de Strauss avec une telle couverture il faut que je me trouve celà Laughing

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 15:40

A noter en appendice que Karlheinz Bohm qui joue Francois-Joseph est le fils de Karl Bohm !


_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
joachim
Le Chevalier mélomane
Le Chevalier mélomane


Nombre de messages : 1195
Age : 70
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 18:55

On est loin, bien loin de l'histoire à l'eau de rose des films Sissi de Romy Schneider. Dommage pour la vraie Sissi....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum


Nombre de messages : 14526
Age : 33
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Lun 29 Oct - 23:25

Oui c'est bien dommage que la saga Sissi est deformer son image, meme si je ne renie pas cette serie de film que j'aime beaucoup eh oui la honte je sais !

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi   Aujourd'hui à 7:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Élisabeth de Wittelsbach dite Sissi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lennon Remembers : l’interview inédite
» Louise Rosalie Lefebvre dite Dugazon
» Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729)
» [INTERVIEW] inédite de Travis Payne
» Présentation de l'Impératrice Sissi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Les Archives de l'Histoire-
Sauter vers: