Universalis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -29%
-29% Ecran PC 32″ LED AOC (Dalle VA – 75 ...
Voir le deal
189.91 €

 

 Heimito von Doderer

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel


Nombre de messages : 6418
Age : 65
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Heimito von Doderer Empty
MessageSujet: Heimito von Doderer   Heimito von Doderer Icon_minitimeJeu 4 Sep - 22:54

Heimito von Doderer
(Franz Carl Heimito, Ritter von Doderer, Hadersdorf/Weidlingau près de Vienne 1896 – Vienne 1966

Heimito von Doderer Doderer

Ecrivain autrichien d'origine aristocratique. Il interrompt ses études à cause de la Grande guerre au cours de laquelle il sert sur le front oriental, notamment en Galicie et en Bucovine. Il est fait prisonnier par les Russes et ne revient qu'en 1920 à Vienne où il reprend des études d'histoire et de psychologie. Il épouse une femme d'origine juive en 1930 avant de s'en séparer deux ans plus tard. Il adhère au parti nazi autrichien en 1933. Il prend peu à peu ses distances vis-à-vis du nazisme en se rapprochant de l'Eglise catholique. Il est mobilisé et envoyé notamment en France, sur le front de l'Est puis à Oslo. Fait prisonnier, il ne retourne en Autriche qu'en 1946. Après un second mariage, il compose Les Démons qui paraît en 1956 et qu’on considère comme son chef-d’œuvre. En raison de l'ampleur de ses romans et surtout de sa description de la fin d'un monde, il est volontiers comparé à ses compatriotes Robert Musil et Hermann Broch.

Bibliographie
Sursis (Ein Umweg), trad. Blaise Briod, Paris, Plon, 1943 ; rééd. Paris, Union Générale d'Éditions (Christian Bourgois), 1987
Les Démons (Die Dämonen), trad. Robert Rovini, Paris, Gallimard, 1965 ; rééd. 1992
Fondements et fonction du roman (Grundlagen und Funktion des Romans), trad. Robert Rovini, dans Les Temps modernes 21/234, 1965, p. 908-921
Un Meurtre que tout le monde commet (Ein Mord, den jeder begeht), trad. Pierre Deshusses, Paris, Rivages, 1986
Les Chutes de Slunj (Die Wasserfälle von Slunj), trad. Albert Kohn et Pierre Deshusses, Paris, Rivages, 1987
Les Fenêtres éclairées ou L'Humanisation de l'Inspecteur Julius Zihal (Die erleuchteten Fenster oder die Menschwerdung des Amtsrates Zihal), trad. Pierre Deshusses, Paris, Rivages, 1990
La Dernière Aventure (Das letzte Abenteuer), trad. Annie Brignone, Toulouse, Éditions Ombres, 1995
Divertimenti (Divertimenti und Variationen), trad. Pierre Deshusses, Paris, Rivages, 1996
Histoires brèves et ultra-brèves (Kurz- und Kürzestgeschichten), trad. Raymond Voyat, Paris, Périple, 1998
d’après Wikipédia

Autre référence : Société Heimito von Doderer (page biographie)
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel


Nombre de messages : 6418
Age : 65
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Heimito von Doderer Empty
MessageSujet: Deux premiers livres   Heimito von Doderer Icon_minitimeJeu 4 Sep - 22:59

En 1951, Heimito von Doderer publie le premier volet de sa fresque viennoise, les Fenêtres éclairées ou l’humanisation du conseiller d’administration Julius Zihal (Die erleuchteten Fenster oder Die Menschwerdung des Amtrates Julius Zihal) dans lequel le personnage principal, à force d’observer la vie des autres à travers les fenêtres éclairées, découvre sa propre existence. La même année paraît le deuxième volet, l’Escalier du Strudlhof ou Melzer et la profondeur des années (Die Strudlhofstiege oder Melzer und die Tiefe der Jahre), et, en 1956, le troisième, les Démons d’après la chronique du chef de division Geyrenhoff (Die Dämonen nach der Chronik des Sektionsrates Geyrenhoff).
Doderer s’amuse à y enchâsser les intrigues, à multiplier les personnages (les Démons en comptent plus de 150), à bousculer l’espace et le temps, inventant un temps subjectif et intérieur dans lequel se mêlent le passé du souvenir et le présent des événements. Ainsi, il tend à exprimer « l’atomisation » du réel et, bien que Doderer brouille les pistes, le narrateur reconstitue toujours le puzzle, celui de ce qu’il appelle lui-même « l’aperception » (Apperzeption), c’est-à-dire l’abandon passif de soi aux perceptions, au destin, au-delà de toute idéologie.
Source : Encarta

Les Démons, d'après La Chronique du Chef de division Geyrenhoff
Les Fenêtres éclairées ou L'Humanisation de l'Inspecteur Julius Zihal

Heimito von Doderer 777962 Heimito von Doderer 275318
Revenir en haut Aller en bas
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand


Nombre de messages : 14522
Age : 40
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Heimito von Doderer Empty
MessageSujet: Re: Heimito von Doderer   Heimito von Doderer Icon_minitimeJeu 4 Sep - 23:03

Merci Jean Michel pour tes sujets !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel


Nombre de messages : 6418
Age : 65
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Heimito von Doderer Empty
MessageSujet: Re: Heimito von Doderer   Heimito von Doderer Icon_minitimeJeu 4 Sep - 23:16

Doderer est un écrivain que j'aime tout particulièrement. Les Démons, c’est extraordinaire, certes long (1 500 pages). Mais n’importe quel autre livre disponible fait l’affaire pour connaître Doderer, comme les Fenêtres éclairées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Heimito von Doderer Empty
MessageSujet: Re: Heimito von Doderer   Heimito von Doderer Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Heimito von Doderer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Le Bouillon de Culture-
Sauter vers: