Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-31%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
90 € 130 €
Voir le deal

 

 Luís de Freitas Branco (1890-1955)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:34

Luís de Freitas Branco (1890-1955) est l'un des compositeurs phare de la musique savante portugaise. En effet, il a contribué au renouveau de la vie et de la création musicale de son pays, dont le public se complaisait dans le répertoire opératique. Cette nouvelle page de l'histoire de la musique savante portugaise est initiée, à la fin du xixe siècle, par le compositeur et pianiste José Vianna da Motta (1868-1948) et poursuivit, parmi d'autres, avec Branco enrichissant le répertoire pianistique, de musique de chambre et symphonique qui lui faisait cruellement défaut jusqu'alors.

Par ailleurs, notre musicien est issu d'une famille aristocrate, au sein de laquelle, était propice les échanges et le développement culturel. Branco lisait beaucoup, était curieux de tout (politique, littérature, philosophie, sciences, etc) et maîtrisait l'anglais, le français, l'allemand ainsi que l'italien et l'espagnol. Il avait donc une culture abyssale. Ajoutons qu'il n'était pas simplement musicien, il pensait et réfléchissait sur son temps et sur son art. Le journal qu'il a entretenu entre 1930 et 1952 reflète cette autre facette de l'homme pensant qu'il a été.

D'un point de vue médiologique, Luís de Freitas Branco est intéressant puisqu'il permet d'illustrer le cas de figure lorsque deux sphères se chevauchent à un moment donné, comment les hommes s'en servent-ils et à quelles fins. Il permet aussi de s'attarder sur les limites de l'efficacité de la graphosphère, à propos de l'échec de la transmission de son œuvre.
On aura compris que Luís de Freitas Branco est un homme de la graphosphère, ce qui est normal vu l'époque dans laquelle il a vécu. En effet, la première moitié du xxe siècle est encore l'ère de la graphosphère, puisque le savoir et sa transmission, sa diffusion, ne se font exclusivement que par la culture du livre. Parallèlement, l'invention de l'enregistrement sonore, de l'image et de la radiodiffusion marquent la naissance de la vidéosphère.

Branco reçut une éducation élitiste et monarchique, il n'a donc pas connu l'institution de l'école, mais il eut des cours particuliers. Cependant, il est passé par l'organisation matérialisée qu'est le Conservatoire de Lisbonne pour sa formation musicale. Par conséquent, Branco est dans la logique que la transmission du savoir se fait par le livre, médium disponible et efficace à l'époque pour sa diffusion.

Avec la proclamation de la Ière République portugaise en 1910, Branco adhérera au mouvement monarchiste et conservateur de l'Intégralisme Lusitanien. Cependant, sa rencontre au milieu des années vingt avec le philosophe António Sergio (1883-1969) va l'éloigner définitivement du courant monarchiste pour rejoindre celui de la Seara Nova. D'idéologie gauchiste, ce mouvement intellectuel s'érige contre la dictature en place depuis 1927 et, par la suite, contre le régime dictatorial de Salazar (1889-1970) instauré en 1933. C'est dans ce contexte de censure et d'avilissement massif de la population portugaise, que Branco et le groupe de la Seara Nova vont œuvrer pour rendre l'enseignement et la culture accessible pour le plus grand nombre. Par exemple, c'est en musicologue qu'il rédige des ouvrages tels Traité d'harmonie (1942), Histoire populaire de la musique (1943) ou encore La vie de Beethoven (1943). Cela, en plus de son activité de professeur au Conservatoire de Lisbonne et des nombreuses conférences qu'il donna un peu partout dans le pays, et dans divers lieux (Conservatoire, salle de cinéma). Les deux derniers ouvrages, cités plus haut, ont été écrit pour les éditions Biblioteca Cosmos, sous la direction du mathématicien et directeur de l'Université Populaire Bento Jesus Caraça (1901-1948). Cette collection avait comme vocation celle de rendre la culture accessible au plus grand nombre.

C'est probablement dans cette logique, de rendre la culture accessible au plus grand nombre, que Branco accepte de travailler à la Emissora Nacional, la radiodiffusion portugaise, et pour le cinéma, à partir des années trente. Il travaille à la radio en tant qu'auteur de programmes radiophoniques, il passe à l'antenne mais malheureusement, à l'époque, la plupart des émissions n'étaient pas enregistrées. Il ne subsiste, de ses émissions radiophoniques, que les notes préparées à cet effet. D'autre part, il collabora avec trois cinéastes portugais de l'époque pour qui il a composé cinq musiques de film. On peut se demander si le cinéma était pour lui un autre moyen de diffuser sa musique? Ou encore de faire entendre la musique « savante », par le biais du médiums « cinéma sonore », aux masses qui n'ont pas accès à cette musique?

Luís de Freitas Branco oscille entre la graphosphère et la vidéosphère et reflète le chevauchement de deux sphère, dont l'une est en passe de dominer la précédente. Cependant, d'un point de vue médiologique, notre compositeur privilégie la graphosphère puisque, dans le fond, il se sert d'une nouvelle technologie de son époque, la vidéosphère (la radio et le cinéma), pour diffuser la culture de la graphosphère. Il y aurait chez lui un « effet Gould », il se sert du médium radio pour défendre une culture de la graphosphère.

Enfin, Luís de Freitas Branco est peu connu au Portugal, comme tant d'autres compositeurs portugais, et encore moins en dehors. Pourtant ses œuvres ont été créées, jouées et « rejouées » de son vivant. Malgré sa vaste production, très peu de l'œuvre du compositeur a été publié, et ce n'est pas pour autant qu'elle soit davantage exécutée. Depuis la mort de Branco, sa musique est occasionnellement donnée en concert.
On constate donc que la graphosphère, et plus précisément le médium « partition », n'assure pas toujours la diffusion des œuvres. Une oeuvre qui reste sur le papier sans être jouée, ou lue, n'existe pas, la diffusion ne se fait pas. Il n'y a donc pas de pérennité de l'œuvre d'art. Pas de publications, pas d'interprétations, la diffusion de l'œuvre est impossible, et par extension on finit par oublier le compositeur.

Cette situation de la musique savante portugaise peut être, dans une certaine mesure, un indicateur de la place accordée à l'art au sein d'une société, à un moment donné de son histoire. La diffusion quasi inexistante de cette musique est probablement le résultat des années de censure dictatoriale, et de la situation du pays au lendemain de ladite « Révolution des œillets » en 1974. Aujourd'hui, les institutions culturelles du Portugal semblent plus attentives à leur patrimoine culturel. En effet, un festival entièrement dédié à Luís de Freitas Branco a permis de jouer la quasi intégrale de son œuvre avec des pièces inédites. Depuis, le Ministère de la Culture et les institutions culturelles du pays ont décidé de financer la publication d'œuvres des compositeurs portugais les plus marquant.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:37

Luís de Freitas Branco (1890-1955) 150-luis-freitas-branco Luís de Freitas Branco (1890-1955) Freitas_branco
Luís de Freitas Branco (1890-1955) Luis%20de%20Freitas%20Branco-capa%20aa

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:39

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Freitas_Branco_570785 Luís de Freitas Branco (1890-1955) 8572059

pour le reste cf. catalogue Marco Polo avec Cassuto à la baguette

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:40

Il méritait un post rien qu'à lui. Un GRAND ! un vrai mais oublié... quel dommage.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:44

Oeuvres

Symphony No. 1 (1924)
Symphony No. 2 (1926)
Symphony No. 3 (1944)
Symphony No. 4 (1952)
Scherzo Fantastique (1907)
Antero De Quental - symphonic poem (1908)
Artificial Paradises - symphonic poem (1910)
Tentacoes de S. Frei Gil (1911)
Vathek (1913)
Violin Concerto (1916)
Alentejo Suite No. 1 (1919)
Alentejo Suite No. 2 (1927)
Solemnia Verba - symphonic poem (1951)

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand

Nombre de messages : 14522
Age : 37
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:48

J'espère à ma modeste place parvenir à réhabiliter sa mémoire.

_________________
Peut-etre que l'important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux c'est de se rendre heureux et d'offrir ce bonheur à l'autre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Jean
Sage du forum
Sage du forum
Jean

Nombre de messages : 12123
Age : 77
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 1:50

tu as trouvé la deuxième à la Fnac??...elle n'est pas encore disponible sur amazone?
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 62
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 25 Fév - 2:04

Si, les deux s'y trouvent.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 62
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeSam 28 Fév - 23:56

J'en suis à réécouter cette deuxième symphonie. On est ramené avant Mahler sans doute, mais de nombreux moments sont délectables. La vision d'ensemble m'échappe pour l'instant. Cette musique me plaît en effet : merci donc de t'en faire le défenseur Bertrand !
Après une lecture de Guerra Junqueiro est une « fantaisie » qui ne ravit littéralement. Là, la vision d’ensemble ne me manque en rien.
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Sage du forum
Sage du forum
Jean

Nombre de messages : 12123
Age : 77
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMar 1 Juin - 23:27

Une 3ème symphonie toujours passionnante, sans doute plus sombre (la date de composition n'y est sans doute pas pour rien: 1944) que les deux première.
Deux compléments dans un ton assez grave également dont "A morte de Manfredo composé en 1906 (il avait 16 ans!)

Luís de Freitas Branco (1890-1955) 0747313237074
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 62
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeMer 2 Juin - 0:28

Je ne connais que la 2° symphonie que je vais réécouter.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 62
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitimeLun 17 Jan - 0:18

Œuvres orchestrales IV : Symphonie n° 4, Vathek (poème symphonique), toujours par Alvaro Cassuto (Naxos 2010)
J’aime particulièrement Vathek, au style parfois surprenant. Critique
Luís de Freitas Branco (1890-1955) 51dsaIA2myL._SL500_AA300_
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Luís de Freitas Branco (1890-1955) Empty
MessageSujet: Re: Luís de Freitas Branco (1890-1955)   Luís de Freitas Branco (1890-1955) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Luís de Freitas Branco (1890-1955)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Musique moderne-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser