Universalis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

 

 La mort de la musique classique

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Virgile




Nombre de messages : 14
Localisation : XX
Date d'inscription : 12/03/2009

La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitimeJeu 12 Mar - 4:51

Dans un long article publié par le Nouvel Observateur le 14 février, Jacques Drillon évoque une musique classique « à l’agonie », malgré « quelques miroirs aux alouettes comme la Fête de la Musique, l’audience de Radio Classique, les émissions de Jean-François Zygel ou Frédéric Lodéon ».

Dans un long dossier signé Jacques Drillon et publié dans son édition du 14 février, l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur n’y va par quatre chemin et titre « La musique classique se meurt ».



La musique classique se meurt

par Jacques Drillon

Le Nouvel Observateur, n°2258, 14 février 2008

Malgré quelques miroirs aux alouettes comme la Fête de la Musique, l’audience de Radio Classique, les émissions de Jean-François Zygel ou Frédéric Lodéon, le classique est à l’agonie en France. Jacques Drillon a mené l’enquête.

Tous les directeurs de salles, d’orchestres, d’opéras, le savent : malgré leurs actions, leurs opérations, leurs promotions en faveur des jeunes, leur public vieillit. Encore une génération à ce régime, et les salles seront vides. Déjà, l’élite est coupée de la musique. On peut être PDG, ministre, universitaire, directeur de journal, et ne pas savoir ce qu’est un allegro de sonate. « Autrefois, dit Daniel Barenboïm, les gens qui connaissaient la peinture de Picasso connaissaient aussi la musique de Stravinsky. Ce temps est révolu. » Déjà, on est obligé de préciser : musique classique, jusque et y compris sur les ondes de Radio Classique, comme si c’était un genre à part, et que musique tout court évoquerait plutôt la Star Ac.

Déjà France Musique est obligée de découper les concerts qu’elle diffuse pour intercaler des œuvres qui détendent l’atmosphère : une heure et demie de quatuor à cordes, quelle horreur, passons un air d’opéra ! Déjà, les émissions de musique ont disparu des grandes chaînes de télévision, et France-Inter se contente de la petite heure de Frédéric Lodéon, qui ne diffuse que des bouts d’œuvres, parfois des fragments de mouvements, parfois des fins de finales, pour que cela ait l’air gai, et dont le commentaire se résume à quelques anecdotes rebattues. Bientôt les amateurs de musique auront leurs sites internet, leurs salles, leurs programmes, leurs journaux, comme les latinistes ou les amateurs de jazz. Et cela malgré le vœu du chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus, qui veut rendre la musique à ceux qui disent « ce n’est pas pour moi », parce que le tissu français n’en est plus imbibé. Il est complètement sec. On a tout fait pour « amener les gens à aimer les grandes œuvres », pour leur « ouvrir des portes ». Ils ont passé la porte, et sont ressortis. Bien entendu, les amateurs ne disparaîtront pas ; mais ils vivront dans les catacombes de l’art, entre eux, bien cachés, et sûrs de leur dérisoire supériorité. Car la vie musicale française commence à ressembler à ces paysages siciliens entièrement pourris d’immondices, d’immeubles crasseux, de publicités, de béton sale : prenez la troisième à droite, roulez dix minutes, vous verrez le temple grec de Sélinonte, dans sa bulle de verdure. Ou là-haut le théâtre de Taormine, que vous atteindrez en vous bouchant le nez, à cause de la pollution. Il n’y a plus personne pour habiter vraiment les palais baroques de Syracuse, personne pour les admirer, si ce n’est la masse des touristes qui lèvent la patte dessus. En France, la musique était attaquée par les bords, le centre, le dessous, elle commence à l’être par le dessus : dis-moi avec qui ton président fricote, je te dirai qui tu es.

Elle a déserté ses deux terrains de prédilection : l’église et l’école. La liturgie s’est appauvrie jusqu’au grotesque : guitare, flûte à bec et cantiques atroces ; les rares curés s’en fichent, et la masse des « fidèles » n’est plus une masse, mais un petit groupe clairsemé, qui fond à chaque décès. Quant à l’école, la dégringolade de l’enseignement musical est à pleurer. Les cours, s’ils n’ont pas totalement disparu, sont devenus de véritables caricatures. S’il reste ici et là un professeur compétent, fort et dynamique, un saint, la majorité des enseignants tente de sauver les meubles. On « enseigne » donc la chanson et le rap.

« Je pars de ce qu’ils connaissent, dit une jeune agrégée. Leur tomber dessus avec une symphonie de Brahms ? Ils décrocheraient tout de suite. Donc on étudie une chanson qu’ils ont entendue, et de là je peux m’écarter un peu, leur faire entendre un lied de Schubert, leur expliquer ce qu’est un rythme binaire ou ternaire, et petit à petit on avance. » On se demande ce qui se passerait en mathématiques si le professeur partait « de ce qu’ils connaissent ». Il n’irait pas loin. Pour le professeur de musique, l’élève doit être apprivoisé (comme une bête sauvage), ménagé (comme un malfaiteur), courtisé (comme un client). Ce n’est plus de la pédagogie : c’est de la trouille. En sorte qu’au bout de quatre malheureuses années de collège, à raison d’une heure de cours par semaine, l’élève est rendu à son ignorance originelle, vierge de tout viol intellectuel. Les 37 heures annuelles qu’il aurait pu consacrer à la musique sont dilapidées. La seule chance de survivre, pour le professeur lambda, c’est le plaisir facile. Or la musique procure un grand plaisir, mais difficile, dans l’écoute comme dans la pratique, et qui ne se gagne qu’à force d’attention, d’exigence et de travail. En les abandonnant à « ce qu’ils connaissent », nous laissons les enfants en proie à l’ennui, au ricanement, au désespoir.

Après trente ans de travail dans la région de Lille, Jean-Claude Casadesus constate que la musique fait cesser la violence dans les écoles où elle est pratiquée, et insiste : « Nous n’en avons pas encore épuisé toutes les vertus thérapeutiques. Nous touchons quinze mille enfants par an ; lorsque nous en plaçons à côté des musiciens en répétition, ils comprennent que nous recommençons jusqu’à ce que cela soit bien. C’est d’abord un hommage que nous rendons à leur dignité, et ils le sentent, et ensuite ils comprennent que l’accomplissement d’un désir passe par la discipline et la rigueur. Il y en a que la musique a sauvés. » Autrement dit, avec le plaisir facile, on ne les sauve pas, on les condamne.

Les ventes de disques sont un bon indice. Si la part du classique a fait un petit bondelet de 0,8% en 2006 par rapport à 2005, grâce aux intégrales à 99 euros, il se traîne tout de même à 6,5% du total, ce qui n’est pas grand-chose, surtout si l’on tient compte du téléchargement massif de variétés pratiqué par 2,3 millions de foyers français, lequel dope l’écoute mais ralentit les ventes, qui ont baissé globalement de 18%.

Pour une grosse compagnie comme Harmonia Mundi, dont le chiffre d’affaires a augmenté de 72% en dix ans, mais qui le réalise surtout dans la distribution de labels extérieurs (la production maison ne représente plus que 30% de son activité), la mise en place d’un nouveau CD, c’est-à-dire le nombre d’exemplaires achetés par les disquaires, a baissé de 30% en dix ans ; pour une petite maison, comme il en a fleuri beaucoup, et d’excellentes, dans les années 1990, on tombe à une mise en place de 300 ou 500 exemplaires. Jean-Paul Combet, patron d’Alpha, explique dans Diapason qu’il n’a mis en place que 1500 exemplaires d’un CD Bach, qui n’est pas le dernier des ploucs, dirigé par Gustav Leonhardt, qui n’est pas le dernier des manchots. A présent, un CD a du succès lorsqu’il s’en vend 1500 exemplaires hier c’était 3 000. Sylvie Brély, qui dirige Zig-Zag, avoue à sa suite : « Pour prendre un minimum de risques, les disquaires nous demandent des investissements promotionnels dans les magazines, à la radio. Au prix du papier dans la presse française, c’est une arithmétique périlleuse. » Pour survivre, ces petits labels ont dû « s’adosser à une nouvelle structure financière » (Alpha), ou « s’ouvrir à des associés supplémentaires » (Zig-Zag).

Bien sûr, les écoles de musique et les conservatoires sont pleins. Bien sûr, il faut faire la queue toute la nuit pour inscrire un enfant dans un conservatoire parisien ; et s’il n’y a plus de place en piano ou en flûte, on le mettra en tuba ou en basson. Mais c’est qu’ils sont très petits, ces conservatoires, et qu’il y a très peu de classes. Ils sont très pauvres - quoique rares et chers. Il est d’ailleurs aussi difficile d’y enseigner que d’y apprendre : la voie est bouchée des deux côtés. Et la résignation gagne du terrain ; à la question « êtes-vous plus heureux de vos élèves qu’il y a vingt ans ? », un professeur du Conservatoire de Paris répond : « Je suis plus heureux parce que je suis moins exigeant. Quant à eux, ils ont pris conscience de ce qui les attend ; ils seront profs... » Les professeurs de conservatoires municipaux (« à rayonnement municipal », doit-on dire aujourd’hui), qui commencent à 15 euros l’heure (15 euros !), acceptent des cours particuliers, payés le double, et passent leur temps dans leur voiture ou dans le métro : « Ce n’est pas le pire, dit l’une. Le pire, c’est qu’après sept heures de cours on n’a plus d’énergie pour rien, pour travailler son instrument ou pour aller au concert. Dans certaines boîtes, il faut faire des concerts de professeurs, de la paperasse, jouer avec les élèves aux examens, parfois à l’autre bout du département, on est bon pour tout, on est des esclaves. Je ne vois plus mon fils, j’aime encore la musique, mais c’est un miracle. »

La relève viendra d’Asie. Les musiciens coréens, japonais, chinois raflent tous les prix internationaux. Leur formation est féroce, ils ont un niveau technique ahurissant, ne serait-ce qu’en Chine, où il y a 50 millions de pianistes... Une musicienne française qui revient de Taiwan : « Ils vous accueillent à bras ouverts, là-bas, les élèves se précipitent à vos cours, mais les messieurs qui vous signent des contrats vous font des petits sourires entendus. La musique est un marché comme les autres, et ils comptent bien l’emporter. » Actuellement, un étudiant sur quatre en classe de violon au Conservatoire de Paris est asiatique, un sur trois en piano.

Bien sûr, des manifestations comme la Folle Journée de Nantes ou certains festivals ont du succès. Mais ce sont des feux de paille : les onze mois suivants sont à peu près vides. A Nantes, on achète les billets au poids. Vous n’avez plus de Truite de Schubert ? Donnez-moi ce que vous avez, une Belle Meunière, ha ! ha ! « Tout ce marketing qu’on fait autour de la musique, dit Daniel Barenboïm, repose sur une idée : vous n’avez pas besoin de la connaître, vous n’avez qu’à venir et prendre votre pied. Comme si l’auditeur n’avait rien à faire, ni à être concentré, ni à être préparé. Comme s’il lui suffisait de s’asseoir et de laisser agir la magie de la musique. C’est faux, c’est faux ! »

Bien sûr, Jean-François Zygel remplit ses théâtres, investit la radio, la télévision et fait la une de Télérama. Mais n’est-il pas la preuve que nous vivons dans un état de pauvreté musicale qui touche à l’indigence ?

Si l’école faisait son mener, tout le monde saurait par cœur ce qu’il raconte.

Bien sûr, l’audience de Radio Classique monte lentement mais régulièrement (1,7% contre 1,6% à France Musique, pour les derniers mois de 2007). Mais Radio Classique ne diffuse que des petits bouts d’œuvres, et seulement des tubes, présentés par des personnalités aussi proches de la musique que Johnny Hallyday l’est de Blaise Pascal, ainsi Nelson Monfort ou Carole Bouquet...

Bien sûr, il est difficile d’avoir des places à l’Opéra. Mais pour y voir quoi ? Et dans quel but ? Les maisons d’art lyrique, dont Boulez disait qu’il fallait « les brûler », ont toujours fasciné les classes moyennes : les costumes (sur scène et dans la salle), les stars, les balcons, d’où l’on se zieute... La satisfaction de pouvoir dire : j’y étais... Et de pouvoir se dire : j’en suis. Cela dit, les opéras de province sont menacés de baisses de subventions.

Restent les stars, qui remorquaient le grand public. Mais les vedettes n’existent plus dans le classique : il y a bien une Hélène Grimaud, qui va jusqu’à poser pour des pubs de bijoux parce qu’elle est elle- même une parure, mais il n’y a plus de Menuhin, de Karajan, de Horowitz, qui réunissent sur leur nom à la fois le succès public et l’estime des connaisseurs. Bien sûr, les chanteurs d’opéra ont un nom qui dit quelque chose au grand public, Cecilia Bartoli, Roberto Alagna, mais à côté de Callas ou de Fischer-Dieskau... Non, le monde du classique n’est plus capable de produire ses vedettes. Un Kissin, un Sokolov remplissent les salles, mais combien de Français seraient capables de dire s’ils jouent du piano, du violon ou du cornet à pistons ? D’ailleurs, Alagna est-il ténor, baryton ou basse ?

Jacques Drillon, Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel


Nombre de messages : 6418
Age : 66
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: Re: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitimeVen 13 Mar - 0:10

Sans doute cet article évoque-t-il un certain nombre de problèmes. Son ton polémique ne facilite pourtant pas les choses. Il est toujours difficile de réagir devant quelqu'un qui manifeste sa mauvaise humeur : ou on réagit à son humeur ou on traite de ce qu'il dit.
Pour ma part, je pense que le problème est plus largement celui de la culture et de tout de qui n'est pas immédiat. On nous habitue depuis 50 ans à consommer dans l'instant, or la culture se vit dans la durée. Il y a là une piste qui me semble intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Sage du forum
Sage du forum
Jean


Nombre de messages : 12123
Age : 81
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: Re: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitimeVen 13 Mar - 0:20

Jacques Drillon est connu pour ses articles un peu "outranciers"...la musqiue classique n'a jamais eu France la place qu'elle a dans bien d'autres pays c'est un fait ..regrettable!...Mais quand je compare ce qui existait quand j'avais entre 20 et 30 ans et maintenant...il faut avoir une vision plutôt déformée pour dire qu'elle est en déclin!
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel


Nombre de messages : 6418
Age : 66
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: Re: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitimeVen 13 Mar - 0:50

Je dois dire que ce genre d'articles me fatiguent : ils brouillent les pistes au lieu de clarifier les choses. A force de dire que nous vivons dans un monde d'ignares où les uns n'écoutent pus les autres, on finit par fermer les horizons au lieu de les ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Sage du forum
Sage du forum
Jean


Nombre de messages : 12123
Age : 81
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: Re: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitimeVen 13 Mar - 1:32

tout à fait d'accord!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La mort de la musique classique Empty
MessageSujet: Re: La mort de la musique classique   La mort de la musique classique Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort de la musique classique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les ouvrages sur la musique classique
» Les préférences des candidats en musique classique.
» La musique classique dans les médias
» Interprétation : êtes-vous plutôt baroqueux ou classique ?
» Qui a réellement autorité pour parler de musique classique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: La boîte à Musique-
Sauter vers: