Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rodrigo de Haendel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Rodrigo de Haendel   Ven 14 Déc - 2:04

Opéra (HWV 5), en trois actes, le premier de Haendel en italien, sur un livret prenant comme base "Il duelle d'amore e di vendetta" de Francesco Silvani, déjà mis en musique par Marc'Antonio Ziani et produit à Venise en 1699.


L'oeuvre aurait été représentée à Florence à l'automne 1707 (fin octobre ou début novembre) au Teatro Civico Accademico, sous le nom de Vincer se stesso è la maggior vittoria (Se vaincre soi-même est la plus grande victoire). Haendel venait de Rome où il était arrivé en janvier de la même année. On dispose de brouillons originaux, composés à Rome, et une édition imprimée du livret, complétée de récentes découvertes. Alan Curtis a comblé les lacunes en composant des récitatifs et en complétant par des emprunts à d'autres oeuvres.


La date de 1707 est contestée : selon d'autres sources, l'opéra n'aurait été représenté sur le théâtre privé du duc Ferdinand, à Pratolino, à quelques kilomètres au Nord de Florence, que durant l'été 1708.


La distribution originale comprenait Stefano Frilli (soprano-castrato) pour le rôle de Rodrigo, Anna Maria Cecchi Torri, dite La Beccarina (soprano) pour Esilena, Francesco Guicciardi (tenor) pour Giuliano, Aurelia Marcello (soprano) pour Florinda, Caterina Azzolini, dite La Valentina (soprano) pour Evanco, Giuseppe Perini (alto-castrato) pour Fernando.


L'oeuvre eut un grand succès, et Haendel reçut du Grand Duc Ferdinand une bourse de cent sequins. ainsi qu'un service de porcelaine. Elle lui aurait valu également les faveurs de la chanteuse Vittoria Tarquini (*), surnommé la Bombace, maîtresse du Grand Duc, de seize ans son aînée.

(*) et non Vittoria Tesi, qui n'avait alors que sept ans...


"Lorsque Rodrigo o Vincer se stessa è la maggior vittoria (Rodrigue ou Se vaincre soi-même est la plus grande victoire) fut représenté à Florence, en 1707, le jeune Haendel venait d'arriver en Italie. Fort déjà de son expérience à Hambourg, il écrivit alors son premier vrai opéra italien, dans la lignée de ceux d'Alessandro Scarlatti, bien connus dans la cité des Médicis. La partition est truffée d'auto-emprunts (Almira), mais aussi de citations reprises dans les opéras hambourgeois de Keiser.


L'influence des opéras "allemands" de l'époque est d'ailleurs très sensible dans Rodrigo, avec cet esprit des "goûts réunis" mariant les influences françaises (ouverture, suite de danses) au déroulement récitatif / aria da capo venu d'italie. Curieusement, le présent enregistrement élimine beaucoup de ces éléments français, et notamment les danses (dont une formidable passacaille), qui agrémentaient pourtant l'ouvrage.


On a cru pendant longtemps l'oeuvre non utilisable à la scène, du fait qu'une grande partie des actes Il et III avait disparu. Grâce aux recherches de nombreux musicologues, on a pu retrouver l'essentiel des morceaux manquants dans diverses collections et restituer ainsi l'opéra dans sa quasi-totalité. " (Opéra International - juillet/août 1999)



"Rodrigo fut monté pour la première fois à Florence en 1707. Haendel faisait là ses débuts dans l'opéra italien, mais il était loin d'être un débutant en art lyrique ! Il avait déjà composé des opéras à Hambourg et, depuis son arrivée en Italie en 1706, il avait également achevé un oratorio d'envergure, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno, et plusieurs cantates. Notre connaissance de Rodrigo est basée pour l'essentiel sur le manuscrit autographe de Haendel, à savoir une esquisse de l'opéra (vraisemblablement composée plus tôt à Rome), puisque la partition de concert utilisée à Florence ne nous est pas parvenue. Nous savons néanmoins que Haendel procéda à plusieurs changements de dernière minute, ajoutant sept nouvelles arias (une seule d'entre elles nous est parvenue) et en retirant six, présentes dans la partition autographe. Pendant longtemps le manuscrit autographe a été lui-même incomplet ; grâce aux recherches récentes de Winston Dean et Anthony Hicks entre autres, nous avons presque tous les maillons de la chaîne et l'opéra paraît pour la première fois sur CD." (Goldberg - août 1999)


Argument


Rodrigo, dernier monarque wisigoth des royaumes d’Espagne et homme de la plus grande perversité, dépouilla le roi Vitizza (Witeza) de son royaume et de sa liberté, puis finalement lui ôta la vie. Immédiatement il s’adonna aux mêmes vices de cruauté et de lasciveté qu’il avait feint d’abhorrer chez son prédécesseur. L’une des vierges qui tombèrent victimes de son désir avait pour nom Florinda ; elle était fille de Giuliano, Comte de Ceuta. Afin de ravir à la jeune fille son innocence, Rodrigo usa de la ruse plus que de la force, promettant de faire d’elle sa reine et de répudier sa sage et innocente épouse, Esilena. Une fois la jeune fille séduite, il revint sur ses promesses fallacieuses, après quoi Florinda, hautement indignée, révéla dans une lettre à son père toute cette déplorable histoire. Giuliano prit l’affaire tant à coeur qu’il en conçut la plus scélérate vengeance qui jamais fut ourdie. Il se rendit à la cour de Rodrigo où, cachant habilement sa fureur sous un masque de dissimulation et ayant su gagner la confiance du roi, il réussit à convaincre Rodrigo de lui donner le commandement d’un important corps d’armée afin d’attaquer les Maures qui menaçaient d’envahir les régions les plus excentrées du royaume. Ayant pris le contrôle de ces forces, il invita les Maures eux-mêmes à se joindre à lui, puis conduisit ses hommes à travers tout le pays pour un massacre du peuple d’Espagne, un peuple coupable de rien sinon de la dissolution de son roi. Sisibuto et Evanco, les fils du feu roi Vitizza, encouragèrent ce crime abject afin de tirer vengeance du trépas de leur père. Il en résulta que Rodrigo perdit et son royaume et sa vie et que l’Espagne fut sacrifiée à la barbarie africaine.





Synopsis


Acte I


Dans le jardin du palais, Florinda s’en prend furieusement à Rodrigo pour l’avoir séduite et lui avoir donné un enfant sans tenir ensuite ses promesses : l’épouser et lui donner la couronne. Rodrigo se soucie davantage des nouvelles qu’il reçoit de son armée victorieuse d’Evanco et Sisibuto, princes d’Aragon, et conseille à Florinda d’oublier ses ambitions et de se contenter du souvenir des plaisirs passés. Seule, elle jure de se venger.


Dans la salle du trône, Fernando demande à l’épouse de Rodrigo, Esilena, pourquoi elle ne prend pas part aux réjouissances générales. Elle répond qu’elle ne saurait être heureuse alors qu’elle a perdu l’amour de Rodrigo — Fernando prédit cependant qu’il lui reviendra. Rodrigo annonce sa victoire, et Esilena lui dit que ce serait une plus grande victoire encore s’il pouvait triompher de sa propre conduite. Ensemble, ils accueillent le général victorieux, Giuliano, lequel revient de la guerre avec Evanco comme prisonnier et la tête figée de Sisibuto en guise de trophée. Evanco défie avec fierté Rodrigo et se voit condamné à mort — Esilena intervient pour sa vie, et obtient gain de cause. Rodrigo confie le prisonnier à la garde de Giuliano.


Giuliano reconnaît la noblesse d’esprit d’Evanco et lui offre, pour autant que ses devoirs envers Rodrigo l’y autorisent, la main de l’amitié. Tandis que l’on emmène Evanco, les pensées de Giuliano s’envolent auprès de sa soeur bien-aimée, Florinda. Celle-ci vient confesser que, en son absence, elle a apporté le déshonneur tant a elle-même qu’à leur famille à travers sa liaison avec Rodrigo. Outragé de la perfidie de Rodrigo, Giuliano fait le serment de délivrer Evanco qu’il déclare roi légitime d’Espagne, se disant prêt à lutter avec lui pour anéantir Rodrigo. Florinda espère que l’outrage qu’elle a subi, Rodrigo l’expiera par propre mort.


Dans ses appartements privés, Rodrigo sent que ses derniers triomphes pèsent lourd sur lui. Fernando et Esilena entrent précipitamment pour l’informer de l’insurrection : les forces rebelles, conduites par Giuliano, Evanco et Florinda, se sont rassemblées à l’extérieur de la ville. Rodrigo envoie Fernando afin de rallier les troupes loyales puis confesse à Esilena que son adultère, sa liaison avec Florinda ainsi que les promesses qu’il lui a faites, sont à la source de cette rébellion. Esilena offre de céder à Florinda sa place d’épouse en titre de Rodrigo afin de sauver la réputation du roi et de conjurer une effusion de sang, mais Rodrigo s’y oppose, l’autorisant cependant à rendre visite à Florinda dans le camp ennemi afin d’y négocier la paix. Restée seule, Esilena décide de maintenir son offre désintéressée et s’affirme devant les épouses d’Espagne tel un glorieux modèle de fidélité.


Acte I


Dans le camp rebelle, Giuliano et Evanco rassemblent leurs forces contre Rodrigo. Un soldat transmet la requête d’Esilena qui demande audience auprès de Florinda, cependant qu’un autre apporte un message séparé pour Giuliano: celui-ci vient de Fernando qui lui propose une rencontre secrète. Evanco et Florïnda craignent un piège, mais Giuliano fait confiance à la noblesse et à l’amitié de Fernando. Evanco confesse son amour pour Florinda et demande sa main ; elle lui répond qu’elle ne sera digne de lui qu’une fois vengée. Esilena est alors introduite pour son entrevue avec Florinda. Elle offre à Florinda son époux et le trône, mais Florinda déclare qu’elle ne veut le coeur de Rodrigo que s’il lui est arraché de la poitrine. Furieuse de l’implacable désir de vengeance de Florinda, Esilena retourne dans la cité. Florinda scelle sa résolution et rejette de son coeur tout ce qui pourrait encore s’y trouver d’affection pour Rodrigo.


Seul, la nuit, Rodrigo tente de revivifier son esprit apathique. Esilena l’informe que la ville est en état de siège et que sa propre mission a échoué. Rodrigo veut encore croire à la victoire, mais Esilena fait un serment : s’il doit mourir, elle mourra avec lui. Entre-temps, le plan de Fernando a fonctionné et il revient traînant Giuliano enchaîné. Giuliano est furieux contre Rodrigo et jure qu’il le retrouvera aux enfers. Une fois encore, Esilena intervient et demande la clémence : la mort de Giuliano ne ferait qu’attiser le feu de la cause des rebelles. Fernando suggère d’utiliser Giuliano comme otage et Rodrigo l’envoie, au prix de la vie de Giulïano, demander aux forces rebelles de déposer les armes. Esilena et Rodrigo, croyant que la victoire est à portée de main, se disent l’un à l’autre leur amour. Rodrigo laisse Esilena afin de méditer sur son bonheur nouvellement reconquis.


Dans le camp, au pied des remparts de la ville, Florinda et Evanco encouragent leurs partisans à lutter afin de sauver Giuliano. La grille s’ouvre, Giuliano paraît, enchaîné. Fernando fait part de l’ultimatum de Rodrigo, mais Giuliano implore Florinda et Evanco de ne pas sacrifier leur cause à son salut. Tandis que Florinda hésite, Evanco tire sur Fernando, qui tombe mort. Giuliano est libère et les rebelles se ruent en masse vers la cité.


Acte III


Rodrigo s’est retranché dans le temple de Jupiter et maudit les dieux pour sa défaite. Esilena le supplie de rejeter des pensées aussi impies et de poursuivre sa lutte. Ayant placé sa couronne et son sceptre sur l’autel, Rodrigo se soumet à son destin, demandant aux dieux d’épargner le royaume et Esilena. Fsilena offre sa vie cn sacrifice si cela peut sauver Rodrigo.


Dans une cour du palais en flammes, Giuliano fête la victoire de son armée et donne l’ordre à ses troupes de retrouver Rodrigo et de le tuer. Rodrigo est capturé par Evanco — ce dernier ainsi que Giuliano se préparent à l’achever, mais Florinda réclame pour elle ce privilège. Alors qu’elle se prépare à plonger son épée dans le sein de Rodrigo, Esilena soudainement s’avance avec l’enfant de Florinda, puis donnant à Rodrigo l’enfant, elle défie Florinda de porter le cou qui tuera et le père et l’enfant. L’instinct maternel de Florinda finalement l’emporte ; elle range son épée et pardonne à Rodrigo. Esilena se tourne alors vers Giuliano et Evanco afin qu’eux aussi épargnent Rodrigo ainsi que lui-même, lorsqu’elle était intervenue, avaient épargné leurs vies. Giuliano accepte et Florinda ajoute sa propre supplique à l’égard d’Evanco : en témoignant de la compassion, il se montrera plus digne encore de l’amour de Florinda. Evanco pardonne à son ennemi et Rodrigo demande le droit de s’adresser aux seigneurs du pays une dernière fois. Seul avec Esilena, Rodrigo implore — et reçoit — son ultime pardon.


Dans la salle du trône, Florinda et Evanco se réjouissent de leur amour réciproque. Rodrigo annonce officiellement son abdication et son exil avec Esilena, restituant le royaume d’Aragon à Evanco, avec Florinda pour reine, faisant du fils qu’il a eu de Florinda l’héritier de la Castille avec, durant sa minorité, Giuliano pour régent. Esilena déclare que le plus grand triomphe est celui de la victoire sur soi-même, puis introduit le choeur final, chant de louanges à la victoire de l’amour sur la vengeance.

livret Virgin


Dernière édition par le Ven 14 Déc - 2:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Ven 14 Déc - 2:05

Je decouvre ce très bel opéra de Haendel..dans la version d'Alan Curtis chez Virgin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
membre fondateur
membre fondateur
avatar

Nombre de messages : 3542
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 19:52

Les CDs

http://www.amazon.fr/Haendel-Rodrigo-Wesseling-Rensburg-Espanol/dp/B000V7UMQ4/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=music&qid=1206377449&sr=1-1 (pas d'image disponible, je suis désolée)

C'est la seule intégrale éxistante de cet opéra de Haendel

Les DVDs

Pas de DVDs éxistant actuellement à moins qu'un de vous ne vienne me contredire. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artistes-classiques.forumculture.net
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 20:56



IL y a celle ci aussi: disponible actuellement sur JPC et suremenet ailleurs..;car au prix où ils la vendent je ne l'aurais pas commandé en décembre! (je ne me souviens plus où je l'ai achetée Embarassed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
membre fondateur
membre fondateur
avatar

Nombre de messages : 3542
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 22:33

Ca c'est vraiment pas grave. Merci jean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artistes-classiques.forumculture.net
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 22:53

c'est le "charme" Mr Green ! d'amazone ..qui a plein de disques qui ne sortent pas quand on les cherche...sauf à tomber sur le bon critère de recherche!!...ou qui ne l'ont pas alors qu'il est partout ailleurs!! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
membre fondateur
membre fondateur
avatar

Nombre de messages : 3542
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 22:56

Bah même si amazon a quelques ratés ils m'ont quand même été bien utiles pour Sémiramide. Sans eux je ne sais pas si j'aurais pu l'avoir entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artistes-classiques.forumculture.net
Jean
Sage du forum
Sage du forum
avatar

Nombre de messages : 12126
Age : 74
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   Lun 24 Mar - 23:00

oui je leur passe assez de commandes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rodrigo de Haendel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rodrigo de Haendel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ariodante de Haendel
» 8 suites pour clavecin ( Haendel )
» Haendel: Water music- Music for the Royal Fireworks
» Judas Macchabée (Haendel, 1747)
» Teseo de Haendel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Opéra-
Sauter vers: