Universalis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -56%
Casque PC Sennheiser EPOS – GSP 300 BLUE
Voir le deal
34.99 €

 

 Trevor David Pinnock

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand


Nombre de messages : 14522
Age : 40
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitimeLun 7 Jan - 23:05

Trevor David Pinnock, né le 16 décembre 1946 à Canterbury dans le Kent (Angleterre), est un chef d'orchestre et claveciniste britannique, spécialiste réputé de la musique baroque.

Enfant, il est élève du chœur de la Cathédrale de Canterbury puis étudie l'orgue et le clavecin au Royal College of Music. Il débute à Londres au Royal Festival Hall avec le Galliard Ensemble en 1966. En 1973, il fonde The English Concert, ensemble spécialisé dans l'interprétation de musique baroque sur instruments anciens, qu'il dirigera jusqu'en 2003, date à laquelle il cède son poste au violoniste Andrew Manze pour se consacrer à une carrière internationale de récitaliste et chef invité.

À la tête de l'English Concert, il donne au disque l'intégrale des Concertos pour clavecin de Bach, tenant le rôle de soliste, ainsi que les plus grandes œuvres du répertoire baroque pour orchestre, l'intégrale des symphonies de Mozart et, avec le chœur de l'English Concert, plusieurs œuvres majeures de musique chorale. Parmi ses enregistrements solistes, plébiscités par la critique, on compte, entre autres, les Partitas pour clavier, l'Ouverture dans le style français, le Concerto italien et les Variations Goldberg de Bach ainsi que des sonates de Scarlatti. Aux côtés de la violoniste Rachel Podger, il a également enregistré l'intégrale des Sonates pour violon et clavecin et des Sonates pour violon et basse continue de Bach.

Il fait ses débuts à New York en 1988 où il dirige l'opéra de Haendel, Giulio Cesare in Egitto. De 1991 à 1996, il occupe le poste de directeur artistique de l'Orchestre du Centre national des Arts d'Ottawa, puis celui de conseiller artistique jusqu'en 1998.

En 1992, il est promu Commandeur dans l'Ordre de l'Empire britannique et, en 1998, Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres.


Quelques enregistrements

En tant que claveciniste

Bach, 6 Partitas, chez DG
Bach, Intégrale des concertos pour clavecin(s), chez DG
Bach, Variations Goldberg, chez DG
Rameau, Pièces et suites pour clavecin


En tant que chef d'orchestre

Bach, 6 concertos brandebourgeois, chez DG
Bach, 4 suites pour orchestre, chez DG
Corelli, 12 concerti grossi, chez DG
Haendel, Water Music, chez DG
Haendel, le Messie, chez DG
Haydn, Symphonies Sturm and Drang, chez DG
Mozart, Intégrale des symphonies, chez DG
Purcell, Didon et Enée, chez DG
Purcell, le Roi Arthur, chez DG
Vivaldi, 4 saisons, Simon Standage, chez DG
Vivaldi, l'Estro Armonico, chez DG
Vivaldi, Concertos opus 10, chez DG
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand


Nombre de messages : 14522
Age : 40
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Re: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitimeLun 7 Jan - 23:07

petite interview de Pinnock

À 57 ans, l'homme est posé et exprime ses idées avec lenteur, ce qui tranche avec la musique de Bach, Haendel, Vivaldi ou Mozart qu'il dirige depuis plus de 30 ans, marquée par des tempi rapides et la brillance des couleurs qu'il tire de son orchestre de chambre. D'ailleurs, les enregistrements du English Concert sont demeurés des références depuis les années 80. En 2003, Trevor Pinnock quittait la direction de l'ensemble qu'il avait fondé en 1973 en laissant sa place au violoniste Andrew Manze, pour se consacrer à son instrument, le clavecin, et à la direction d'orchestres. Le réputé chef anglais sera au Québec en septembre pour diriger Les Violons du Roy, et deux concerts sont prévus, à Montréal d'abord, puis à Québec dans des programmes dominés par les musiques de Bach et Mozart. Le concert de Montréal est offert dans le cadre du 15e Congrès international sur les soins aux malades en phase terminale. La Scena Musicale s'est entretenue avec cet homme calme, affable et réfléchi, ce grand musicien et humaniste qui préfère, aux grandes théories, laisser parler la musique.

La Scena Musicale : Les Violons du Roy n'ont pas encore une grande tradition de chefs invités, et cette année, vous les dirigerez à deux occasions. Comment êtes-vous entré en contact avec Bernard Labadie ?

Trevor Pinnock : Je connaissais déjà l'excellent travail qu'il faisait avec son ensemble, notamment durant les années où j'ai été chef et directeur musical de l'Orchestre du Centre national des Arts d'Ottawa, de 1991 à 1996. Pour la petite histoire, j'ai d'abord rencontré celui qui est aujourd'hui un très bon ami, le Dr. Balfour Mount, un spécialiste et chef de file en soins palliatifs. Nous avions reçu tous les deux un doctorat honorifique de l'Université d'Ottawa. Alors cette année, lorsque j'ai accepté de participer au concert bénéfice dans le cadre du 15e Congrès international sur les soins aux malades en phase terminale à Montréal, j'étais enchanté d'avoir la possibilité de choisir et diriger un aussi « bel instrument » que Les Violons du Roy. J'estime des plus intéressants le fait que Bernard Labadie ait vraiment poussé sa réflexion sur le style dans ses interprétations des musiques baroques et classiques, ce qui est pour moi primordial et d'une grande crédibilité.

LSM : Quel était le contexte musical en 1973, lorsque vous avez fondé le English Concert ?

TP : Le English Concert possède un noyau dur de 20 musiciens. Mais à nos débuts, nous n'étions que sept et deux ans plus tard, on commençait déjà à aborder le répertoire pour orchestre. Mais il faut savoir qu'au milieu des années 70, il n'était pas évident de réunir dans un même ensemble régulier des musiciens qui jouent sur instruments d'époque. Ces musiciens n'étaient pas légion... Le défi était là aussi.

LSM : Quelle était alors votre idée de la musique baroque, à une époque où « l'autre » claveciniste, Christopher Hogwood, fondait lui aussi, et la même année que vous, son Academy of Ancient Music, jouant sur instruments d'époque ?

TP : Évidemment, il y avait une certaine rivalité, je vous le concède, mais nous n'avions pas nécessairement les mêmes idées, ni les mêmes conceptions musicales. J'avais vraiment en tête de faire un voyage dans la découverte et l'inconnu. Même si j'estimais qu'il y avait de très bonnes interprétations de musique baroque jouées sur instruments modernes, je sentais qu'on avait atteint le bout de la route mais je savais qu'il y avait encore matière à découverte en ce sens. J'avais en tête les intéressantes expérimentations de Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt mais je savais aussi que nous devions le faire à notre manière. Et le défi était de taille car jouer les instruments anciens n'était pas aussi aisé que ça l'est aujourd'hui ; leurs secrets ne se laissaient pas percer facilement. De nos jours, le niveau technique est extraordinairement élevé et les nouvelles générations n'ont aucun des problèmes que nous, les pionniers, avons connus à nos débuts. Nous étions des défricheurs. Et notre défi aura aussi été de se démarquer en créant notre propre son, par une chimie et une unité de groupe. Je suis très heureux que les membres du English Concert aient basé leur unité sur la confiance, la loyauté et l'engagement envers moi, afin de développer une identité qui traverserait le temps. Et ça, on l'a réussi.

LSM : Et ce son particulier, propre au English Concert, pourriez-vous en décrire les grandes lignes ?

TP : Voilà une chose très difficile à faire sinon impossible ! Je suis heureux lorsqu'une personne peut dire, à l'aveugle, en entendant une de nos interprétations de Bach, Haendel ou Mozart, que c'est le son du English Concert. Je suis un musicien et je parle en musique; elle est beaucoup plus éloquente que moi ! En 30 ans, tout en conservant les mêmes fondations, j'ai aussi modifié, ici et là, ma façon de faire, à la lumière de nouvelles approches adoptées par d'autres interprètes de musique baroque, qui apportaient à l'évolution de l'interprétation des aspects pertinents, historiquement et techniquement. Certains détails sur le langage musical notamment. Je peux seulement dire que j'ai toujours abordé la musique avec toute la sincérité qu'elle suscitait en moi, de la manière la plus vivante possible. Je n'ai jamais voulu épouser quelque mode ou tendance, pour faire nouveau ou pour choquer, comme certains ont pu le penser à l'époque. À l'image de cette musique qui fut depuis ma tendre enfance l'esprit même de la vie, un endroit privilégié pour communier avec elle, j'ai toujours tenté de la mettre au premier plan, de faire entendre sa voix d'abord. L'homme alambique souvent cette belle simplicité et complique les choses en voulant mettre des mots où l'on peut s'en passer. Les plus grands questionnements et les plus grandes réponses trouvent leurs sources dans la musique. Et c'est dans cet état d'esprit que j'aborde mon passage au Québec dans le cadre du Congrès sur les soins aux malades en phase terminale...

LSM : ... Oui, parlez-m'en...

TP : ... Je crois fermement que la musique possède une faculté d'apaisement, voire de guérison chez ceux qui l'écoute ; bien que cela n'ait rien de scientifique, la musique restera toujours une grande nourriture spirituelle. Ma contribution, et c'est ainsi depuis que je fais de la musique, aura été de la partager avec le plus grand nombre. Le lendemain du concert de Montréal, le Dr. Mount, des musicothérapeutes et moi discuterons en conférence de l'emploi, justement, de la musique comme traitement alternatif ; une approche qui gagne de plus en plus de terrain dans le monde médical.

LSM : Vous êtes un spécialiste du baroque, ce qui ne vous a pas empêché d'aborder très tôt les classiques en général, mais aussi Haydn, et Mozart en particulier ?

TP : En effet, c'est en connaissant mieux d'où venait Mozart, ceux qui sont venus avant lui et quelles étaient ses influences, que j'ai pu enrichir mes connaissances sur sa musique. Pour encore beaucoup de musiciens, Mozart est un point de départ en soi ; ils jouent Bach, puis Mozart, comme s'il était même le premier des romantiques ! Quand je faisais encore mes classes, on le pensait, mais cela tend à être beaucoup moins vrai aujourd'hui. Mes connaissances acquises sur la musique baroque m'ont donné une autre vision de la musique de Mozart. Pour prendre seulement un exemple, ses premières symphonies, très courtes, sont encore perçues comme des oeuvres d'un très jeune compositeur qui n'a pas encore développé son plein potentiel, et c'est vrai. Mais on oublie que c'est exactement ce qu'on attendait de lui à cette époque dans cette forme concise. L'exemple peut paraître scolaire, mais il n'est pas moins le reflet de ce qu'on a pensé et que certains pensent encore aujourd'hui.

LSM : À Montréal, vous dirigerez un programme tout Mozart, avec la Symphonie nº 40, l'Ave verum corpus et la Messe du couronnement, des oeuvres que vous connaissez très bien pour les avoir jouées et enregistrées. Mais vous dirigez Les Violons du Roy pour la première fois, qu'avez-vous en tête ?

TP : D'abord, nous n'aurons qu'un petit nombre de répétitions, et ce sera un défi intéressant, en si peu de temps, d'arriver à faire la musique que je désire, mais surtout d'arriver à bien travailler, tous ensemble. Je sais évidemment ce que je veux obtenir du groupe, mais je dois aussi écouter ce qu'ils font et adapter mes idées à l'instrument qu'est « Les Violons du Roy ». Or, je ne peux donc pas vous expliquer mon idée, mon plan, puisque tout dépendra du contact avec les musiciens et de la réponse qu'ils donneront face à mes demandes. La musique est d'abord une question d'écoute. De la même manière, je dois écouter le son des instruments à cordes modernes et des archets anciens avant de dire quoi que ce soit. Je possède leur magnifique enregistrement du Requiem de Mozart, un disque impressionnant en tous points, peut-être même un des meilleurs jamais réalisés... Ces qualités, appliquées au côté festif et de célébration de la Messe du couronnement, voilà le gage, je crois, d'une excellente collaboration, et un aperçu de ce que l'ensemble peut livrer en puissance et en force évocatrice.

LSM : Que pensez-vous de la relève en musique baroque, de tous ces ensembles italiens par exemple qui ont réinventé la façon de jouer Bach ou Vivaldi... ?

TP : Je ne voudrais nommer personne, du moins pas un plus qu'un autre, mais il est rassurant de voir qu'on cherche encore de nouvelles avenues, qu'on questionne les idées reçues. Je suis très impressionné par le niveau technique et la qualité des musiciens d'aujourd'hui, mais je vois aussi qu'il semble un peu difficile pour eux de trouver leur propre voie... Ils doivent offrir cet élément de nouveauté pour «faire nouveau» en oubliant d'écouter... Les réponses sont dans la musique, comme je le disais. Un autre danger, aussi, guette ceux dont le niveau est très élévé, ou ceux qui sont vraiment aguerris ; je remarque un certain conservatisme dans leurs idées, une façon de faire figée dans le temps. Ils ont arrêté de chercher et de remettre en question ce qu'ils font. Un musicien devrait toujours chercher, écouter, et chercher encore, puisqu'il y aura toujours matière à découverte pour qui ne s'arrête pas aux évidences... Les façons de faire aujourd'hui sont un peu le résultat de ce qu'on a cherché hier, et le cycle doit continuer.

LSM : Après 30 ans de direction du English Concert, vous avez passé le flambeau au violoniste Andrew Manze, qui s'est produit à l'occasion au sein de l'ensemble, mais qui fut plutôt le directeur musical associé de « l'autre » orchestre de chambre baroque, l'Academy of Ancient Music...

TP : Quand les membres du English Concert recherchaient un nouveau chef et directeur musical, ils ont décidé qu'ils voulaient Andrew Manze, et je crois qu'il s'agissait d'un bon choix. Mais ce fut leur décision. Toutefois, Andrew et moi avons passé quelque temps à discuter de l'ensemble, de nos visions musicales, et nous avons aussi fait beaucoup de musique ensemble. Non seulement il était temps pour lui d'accéder à ce titre et de diriger son propre orchestre, mais je continue de croire qu'il fallait pour diriger le English Concert, un musicien qui n'en faisait pas partie, qui venait de l'extérieur. Cela dit, Andrew Manze respecte l'histoire et la tradition musicale de l'ensemble, mais j'applaudis encore plus fort le fait qu'il insufflera de toutes nouvelles idées. C'est à mon sens la meilleure façon d'assurer la continuité du English Concert.

LSM : Quels sont vos projets maintenant ?

TP : En quittant la direction du English Concert, j'ai voulu consacrer plus de temps à mon instrument, le clavecin, et faire des récitals en solo, ce que mes engagements de directeur musical ne me permettaient presque plus. D'ailleurs, je viens de terminer l'enregistrement d'un programme de pièces de Rameau, intitulé Les Cyclopes, sur un magnifique clavecin français du xviiie, d'après Goermans-Taskin, d'une grande clarté et brillance sonore. Il paraîtra au printemps 2005 sur AVIE, une étiquette indépendante anglaise. Et puis je continue de diriger, en Europe, des ensembles que je connais et avec qui j'ai vraiment envie de travailler, comme le Freiburg Baroque Orchestra et l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, avec qui je ferai une série de concerts-Mozart en 2006 pour le 250e anniversaire de sa naissance. Et d'autres plus petits ensembles aussi, mais d'une grande qualité comme le Deutsche Kammerphilharmonie, ou le Mahler Chamber Orchestra... Je ne veux plus multiplier les « premières fois » à la direction d'ensembles. Les Violons du Roy est un peu l'exception qui confirme ma règle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand


Nombre de messages : 14522
Age : 40
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Re: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitimeLun 7 Jan - 23:10

Trevor David Pinnock 429px-Trevor_Pinnock Trevor David Pinnock Pinnock Trevor David Pinnock Pinnock71 Trevor David Pinnock Trevor_pinnock Trevor David Pinnock Pinnock-Trevor-2 Trevor David Pinnock 800px-Trevor_Pinnock_3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Jean
Sage du forum
Sage du forum
Jean


Nombre de messages : 12123
Age : 81
Localisation : Hte Savoie
Date d'inscription : 10/04/2007

Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Re: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitimeLun 7 Jan - 23:22

Interressante interwiew...çà donne envie d'entendre ce Réquiem de Mozart que "les violons du Roy" ont enregistrés!!...Ils viennent d'enregistrer un nouveau Water music semble t'il remarquable!
Revenir en haut Aller en bas
Bertrand
Administrateur et Mahlerien du forum
Administrateur et Mahlerien du forum
Bertrand


Nombre de messages : 14522
Age : 40
Localisation : A Strasbourg dans mon musée imaginaire
Date d'inscription : 12/02/2007

Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Re: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitimeLun 7 Jan - 23:23

tiens ca me donne une idée de sujet ces water music...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.classiquenews.com/public/homepage.aspx
Contenu sponsorisé





Trevor David Pinnock Empty
MessageSujet: Re: Trevor David Pinnock   Trevor David Pinnock Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Trevor David Pinnock
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Fray
» Johann David Heinichen
» Caspar David Friedrich
» Félicien DAVID (1810 1876)
» Benjamin David "Benny" Goodman (1909 1986)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Les interprètes-
Sauter vers: