Universalis

Un forum pour parler librement de musique classique
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
999 € 1299 €
Voir le deal

 

 Charles Ives

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 61
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Charles Ives Empty
MessageSujet: Charles Ives   Charles Ives Icon_minitimeLun 22 Mar - 1:17

Charles Edward Ives
(Danbury, Connecticut, 1874-1954)
Charles Ives 250px-Charles_Edward_Ives_1913_recadr%C3%A9
Après avoir appris la composition à l'université Yale, il abandonne le métier de compositeur au début du XX° siècle pour fonder une compagnie d’assurances qui devient prospère. Il continue cependant à composer de la musique sans la faire publier ni jouer. À partir des années vingt des problèmes de santé l'obligent à arrêter ses activités professionnelles et artistiques. L’avant-garde musicale de New York commence alors à faire jouer sa musique. Certaines œuvres d'envergure comme sa quatrième symphonie ne sont pourtant jouées que bien après sa mort. La musique de Charles Ives est originale, tant par ses techniques avant-gardistes que par les emprunts à la musique populaire.
Son père, George Ives, était chef de la musique de l'artillerie de l'union dans l'armée des États-Unis durant la guerre de Sécession. Il suivit les cours d'Horatio Parker à l'Université Yale en 1894. Il y composa plusieurs pièces dans le style choral de son professeur. Il fit des expérimentations musicales qu'il poussa assez loin. Apès avoir obtenu son diplôme à Yale, il accepta un travail modeste dans une compagnie d'assurance à New York. Il sera organiste à l'église jusqu'en 1906. Il changea d’employeur et finit par fonder avec son ami Julian W. Myrick sa propre compagnie d'assurance tout en continuant à composer beaucoup. Il a été sujet à des attaques cardiaques.Ives publia en 1922 ses 114 Songs qui donnent la mesure de son travail de compositeur. En 1927, il eut l’impression de ne plus pouvoir rien composer : « nothing sounds right » (plus rien ne sonne comme il faut). Il entre alors dans une période siencieuse comparable à celle de Jean Sibelius
Sa première symphonie montre qu’il est passé maître à écrite en forme sonate : il reprend les formes de son époue mais a aussi une tendance iconoclaste puisque le deuxième thème montre plusieurs directions harmoniques différentes. Tout comme Hector Berlioz, Ives était fasciné pour les musiques d'extérieur et par leur instrumentation. Ses tentatives de fusionner ces deux éléments et son admiration pour Beethoven sont les fils conducteurs de sa musique.

The Unanswered Question (1906 révisé en 1930-35), pour trompette soliste, quatre flûtes, et quatuor à cordes, est caractéristique de son style. Les cordes hors scène jouent très lentement tandis que la trompette seule face au public joue différents motifs très courts qu’Ives décrit comme « l'éternelle question de l'existence ». Les flûtes sur scène répondent à la trompette par une explosion stridente, sauf la toute dernière fois : c'est la question sans réponse (the unanswered question). La pièce juxtapose des éléments variés et disparates, conduits par la trame d'une histoire dont nous n'avons jamais réellement conscience, ce qui rend la pièce formidablement mystérieuse.
Sa Sonate pour piano n° 2 « Concord, Mass » (1909-1915), est probablement sa pièce pour piano solo la plus célèbre. C'est une pièce au rythme et à l’harmonie aventureuses qui démontre son attachement à la 5° symphonie de Beethoven dont il cite le thème à plusieurs reprises. C’est aussi un des exemples les plus frappants de son expérimentation : dans le second mouvement, il demande au pianiste d'utiliser une pièce en bois de 14 pouces ¾ (37.5 cm) pour créer un « cluster chord », c’est-à-dire un accord de touches noires ou blanches consécutives sur la longueur de cette pièce. La sonate Concord marque la profonde influence qu'ont eu les écrivains transcendantalistes sur sa musique. Chaque mouvement porte le nom d'un des quatre plus importants membre de ce groupe : Ralph Waldo Emerson, Nathaniel Hawthorne, Bronson Alcott et Henry David Thoreau.
Le Quatuor à cordes n° 2 atteint des sommets d'écriture contrapuntique : pointes dissonantes aiguës (mouvement Arguments) et lenteur transcendantale. Ce recours aux extrêmes est fréquente dans la musique de Ives qui juxtapose des résonances dissonantes contrastée et des calmes lyriques. Le langage d’Ives, tout comme celui de Mahler, utilise beaucoup de lignes mélodiques indépendantes.
Henry Cowell et Elliott Carter furent parmi les premiers défenseurs de sa musique.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 61
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Charles Ives Empty
MessageSujet: Liste de ses œuvres   Charles Ives Icon_minitimeLun 22 Mar - 1:20

Orgue
  • Variations sur America (1891)
    Canzonetta en Fa (1894)
    Fugue en Do mineur (1898)
    Fugue en Mi bémol (1898)
    "Adeste Fideles" in an Organ Prelude (1898)

Œuvres chorales
  • Psaume 54 pour chœur (1894)
    Psaume 67 pour chœur (1894 rev. 1898-1899)
    Psaume 24 pour chœur (1894 rev. 1901-1913)
    Psaume 90 pour chœur, orgue et cloches (1897-1921)
    The Celestial Country pour chœur, orgue et ensemble de chambre (1898-1902)
    Three Harvest Home Chorales pour chœur (1902-1915)
    Psaume 14 pour chœur (1902-1912)
    The Masses (Majority) pour chœur et orchestre (1916-1921)

Orchestre
  • Symphonie n°1 en ré mineur (1896–98)
    Symphonie n°2 (1897–1901)
    Symphonie n°3, The Camp Meeting (1901–04)
    Central Park in the Dark pour orchestre de chambre (1898–1907)
    The Unanswered Question pour groupe de chambre (1908)
    Robert Browning Overture (1911)
    A Symphony: New England Holidays ("Holidays Symphony") (1904–13)
    Three Places in New England (Orchestral Set n°1) (1903–35)
    Orchestral Set n°2 (1912–15)
    Symphonie n°4 (1910–16)
    Universe Symphony (incomplète, 1911–16, retravaillée jusqu'à sa mort en 1954)
    10 Sets pour orchestre de chambres (1907-1934)
    Set for theater (1915)

Musiques de chambre
  • Quatuor à cordes n°1, From the Salvation Army (1896)
    Sonate pour violon n°1 (1903–08)
    Sonate pour violon n°2 (1902–10)
    Quatuor à cordes n°2 (1907–13)
    Piano Trio (c1909–10, rev. c1914–15)
    Sonate pour violon n°3 (1914)
    Sonate pour violon n°4, Children's Day at the Camp Meeting (1912–15)

Piano
  • Sonate pour piano n°1 (1902–09)
    Sonate pour piano n°2, Concord, Mass., 1840–60 (1909–15) (révisée plusieurs fois par Ives)
    Three Quarter Tone Piano Pieces (1923–24) pour deux pianos


Mélodies
114 Songs (composées sur plusieurs années 1887–1921, publiées en 1922)
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel
Administrateur
Administrateur
Jean-Michel

Nombre de messages : 6418
Age : 61
Localisation : En Alsace
Date d'inscription : 04/04/2008

Charles Ives Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives   Charles Ives Icon_minitimeLun 22 Mar - 1:25

Psaumes (intégrale) Marcus Creed (Hänssler 2009)
Œuvres de jeunesse mais déjà fort innovantes – on se demande parfois où est la tonalité – tonalités illusoires, religiosité certaine, il y a de quoi aimer ces pièces.
Charles Ives 41gv7Mc7VsL._SL500_AA300_
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Charles Ives Empty
MessageSujet: Re: Charles Ives   Charles Ives Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Ives
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universalis :: Musique post-romantique-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser